Carryn Owens, la veuve du soldat Ryan Owens, lors du discours de Donald Trump devant le Congrès, le 28 février 2017.
Carryn Owens, la veuve du soldat Ryan Owens, lors du discours de Donald Trump devant le Congrès, le 28 février 2017. - Pablo Martinez Monsivais/AP/SIPA

L’Amérique est plus divisée que jamais. Mais pendant près de deux minutes, lors du grand discours Donald Trump devant le Congrès, mardi soir, 535 élus sont restés debout, unis par leur patriotisme et surtout par les larmes de Carryn Owens, la veuve du soldat des forces spéciales tué lors d’un raid controversé au Yémen.

« A ce moment précis, Donald Trump est devenu le président des Etats-Unis, point barre », a estimé Van Jones, un commentateur démocrate de CNN.

« L’histoire de Ryan est gravée dans l’éternité »

Alors que le père du soldat a dénoncé une opération « stupide », Donald Trump a réaffirmé que le raid avec été « un succès qui a permis d’obtenir une mine d’informations » – ce que démentent les médias américains. « Ryan est mort comme il a vécu : un guerrier et un héros, combattant le terrorisme et défendant notre nation. L’histoire de Ryan est gravée dans l’éternité », a salué le président, face à une standing ovation des membres du Congrès.

>> A lire aussi : Pour son premier discours devant Congrès, le Trump nouveau est arrivé

« Merci », conclut Donald Trump. « Et Ryan regarde depuis là-haut, vous le savez, et il est très content car je crois qu’un record vient d’être brisé », improvise l’ancien présentateur de télévision, sortant du texte écrit de son discours, pour saluer la longue ovation debout. La phrase redonne le sourire à la jeune veuve, en larmes. Peu après, elle applaudira à tout rompre le Donald Trump. Qui tient là son moment présentiel tant convoité.

Mots-clés :