Andrew Puzder, nouveau ministre du Travail américain et patron d'une chaîne de fast-food
Andrew Puzder, nouveau ministre du Travail américain et patron d'une chaîne de fast-food - DREW ANGERER / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Il traînait autant de casseroles qu’un couple de jeunes mariés. Mercredi, Andrew Puzder, le candidat de Donald Trump pour le poste de secrétaire au Travail, a retiré sa candidature, alors que sa confirmation s’annonçait impossible. Pour le président américain, il s’agit d’un camouflet de plus après la démission de son conseiller à la sécurité et le fiasco de son décret anti-immigration.

>> A lire aussi : Le «monsieur immigration» de Trump confirmé au poste de ministre de la Justice

PDG de la chaîne de fast-food CKE Restaurants (Carl’s Jr et Hardees), Puzder avait récemment reconnu avoir employé au noir une femme de ménage en situation irrégulière pendant plusieurs années. Il a depuis payé les arriérés d’impôts. Puis l’affaire de son divorce difficile en 1987 a refait parler d’elle, en raison des accusations de violences conjugales proférées par son ex-femme.

« La bonne décision », selon Marco Rubio

Opposé à une hausse du salaire minimum, il s’est attiré les foudres de Bernie Sanders, farouchement opposé « à un secrétaire au Travail qui gagne des millions pendant que ses employés gagnent à peine de quoi manger ». Enfin, le dirigeant a un peu trop défendu les pubs sexistes de ses restaurants avec des citations comme : « Des belles femmes qui mangent des burgers en bikini, je trouve que c’est très américain. »

 

Puzder avait besoin de 51 voix sur 100 au Sénat. Mais selon le Washington Post, une dizaine d’élus républicains lui avaient retiré leur soutien. « Andy Puzder a pris une bonne décision en se retirant », s’est félicité le sénateur républicain Marco Rubio. « Il s’est retiré », a confirmé le porte-parole de la Maison Blanche, Sean Spicer, à des journalistes.

Il est le seul membre du futur gouvernement Trump à être ainsi tombé, une humiliation pour le président républicain qui n’a toujours pas son équipe complète en place, en raison de l’obstruction sans précédent de l’opposition démocrate au Sénat, chargé d’approuver chaque nomination.

Mots-clés :