Trois jeunes migrants à Calais, le 23 octobre 2016.
Trois jeunes migrants à Calais, le 23 octobre 2016. - SIPA

Alors que 27 % de la population générale adulte de France possède un diplôme universitaire, 37 % des immigrés roumains vivant sur le territoire, 43 % des Chinois, 35 % des Vietnamiens ou 32 % des Polonais sont diplômés de l’enseignement supérieur. En somme, le niveau d’instruction des immigrés est souvent bien plus élevé qu’on ne pense et les migrants installés en France sont souvent diplômés, voire plus que les Français.

Les pays d’accueil sont bien loin de recevoir « toute la misère du monde »

Tel est le constat délivré par le chercheur à l’Institut national d’études démographiques (INED) Mathieu Ichou qui dans son étude intitulée Le niveau d’instruction des immigrés : varié et souvent plus élevé que dans les pays d’origine assure que les pays d’accueil sont bien loin de recevoir « toute la misère du monde ».

>> A lire aussi : Les dix idées reçues les plus fréquentes sur l’immigration démystifiées

Publié ce mardi dans le dernier numéro de Population et Sociétés, ce travail souligne également que 21 % des Tunisiens résidant dans l’Hexagone sont titulaires d’une licence ou d’un diplôme plus élevé que celui des Français, tout comme 19 % des Marocains et 18 % des Algériens.

27 % des Syriens présent en France sont diplômés du supérieur

Pourquoi ? Tout simplement parce que, selon Mathieu Ichou qui prend notamment en exemple l’Afrique sub-saharienne, pour rejoindre l’Europe aujourd’hui, « il faut désormais bénéficier d’un certain niveau de capital économique, social et intellectuel ». « Les migrants maliens qui arrivent sont souvent issus des classes moyennes ou supérieures de leur pays », poursuit le chercheur.

Ce mardi, Le Monde a mis en parallèle les chiffres de Mathieu Ichou et ceux de la démographe Anne Goujon, de l’Institut de démographie de Vienne. Selon elle, 27 % des Syriens présent en France sont diplômés du supérieur, contre 10 % de ceux restés au pays.

>> A lire aussi : Pourquoi l'Allemagne accueille à bras ouverts les migrants

 

Mots-clés :