L'Allemagne a désigné le 12 février 2017 comme chef d'Etat son ancien chef de la diplomatie, Frank-Walter Steinmeier.
L'Allemagne a désigné le 12 février 2017 comme chef d'Etat son ancien chef de la diplomatie, Frank-Walter Steinmeier. - Michael Sohn/AP/SIPA

Frank-Walter Steinmeier, 61 ans, a été élu à la présidence de l’Allemagne ce dimanche. Celui qui était ministre des Affaires étrangères du pays jusqu’à la fin du mois dernier a recueilli 75 % des votes d’un collège de 1.240 grands électeurs. Si, en Allemagne, le président n’est pas doté d’importants pouvoirs, sa fonction a surtout une valeur symbolique et morale.

Or, le successeur de Joachim Gauck est connu pour ses prises de position contre le populisme et s’était dernièrement fait remarquer avec des propos résolument anti Donald Trump. Lors de la campagne électorale américaine, le ministre avait notamment traité le futur président des Etats-Unis de « prédicateur de haine ».

« Défendre démocratie et liberté »

Lors de son premier discours en tant que chef de l’Etat allemand, Frank-Walter Steinmeier n’a pas évoqué le gouvernement américain. Mais le nouveau président a tout de même déclaré que « lorsque les bases (de la démocratie) vacillent il nous faut plus que jamais les soutenir », notamment à travers un effort pour « défendre démocratie et liberté ».

Sur la chaîne ARD, le dirigeant a expliqué juste après son élection que « l’histoire de cette République est en réalité le meilleur argument contre le populisme et tous ceux qui croient que parce que le monde est devenu plus compliqué, les réponses doivent être plus simples », faisant référence à la transition démocratique de l’Allemagne après IIIe Reich.

Le chef de la diplomatie française, Jean-Marc Ayrault, a indiqué accorder à son ancien homologue sa confiance « pour contribuer à l’unité de l’UE ». Quant au président russe Vladimir Poutine, il s’est dit « certain » que la désignation de Frank-Walter Steinmeier « contribuera au développement des relations russo-allemandes ».

Mots-clés :