Le pape François accueilli au parlement européen. Illustration.
Le pape François accueilli au parlement européen. Illustration. - POL EMILE/SIPA

Ce n’est pas la première fois que le pape François condamne les « idoles » que peuvent être le pouvoir ou le succès. Ce mercredi, le souverain pontife a fustigé l’idole de la beauté, en évoquant le cas d’une femme qui avait avorté pour rester belle « comme si c’était naturel ».

Des idoles qui « conduisent à la mort »

« Une très belle femme se vantait de sa beauté. Elle disait, comme si c’était naturel : "Oui, j’ai dû avorter parce que mon apparence est importante" », a raconté le pape dans une anecdote remontant à l’époque où il était évêque de Buenos Aires.

« Des valeurs comme la beauté physique, la santé, quand elles deviennent des idoles auxquelles il faut tout sacrifier sont des réalités qui confondent l’esprit et le cœur », a-t-il ajouté lors de son audience hebdomadaire au Vatican.

>> A lire aussi : Le pape François recommande l'Evangile comme GPS

« Au lieu de favoriser la vie, elles conduisent à la mort », a insisté le pontife argentin en condamnant aussi « le pouvoir, le succès, la vanité avec leurs illusions d’éternité et de toute puissance ».

Comme ses prédécesseurs, le pape François, fidèle à la doctrine de l’Eglise catholique, est un farouche opposant à l’avortement.

Dans le cadre du jubilé de la Miséricorde l’année dernière, il a cependant fait un pas en direction des femmes regrettant leur geste, en permettant à tous les prêtres d’absoudre l’avortement, alors que seuls les évêques avaient auparavant cette autorité.

Mots-clés :