La Chine envoie son porte-avions près de Taïwan en pleine période de tensions

CHINE L’incident intervient peu après le passage aux Etats-Unis de la présidente taïwanaise, en dépit des protestations de Pékin…

M.C. avec AFP

— 

Le porte-avions de la Chine, le «Liaoning», en mai 2012.

Le porte-avions de la Chine, le «Liaoning», en mai 2012. — Li Tang/AP/SIPA

Des manœuvres inquiétantes au moment où les tensions redoublent entre la Chine et Taïwan. La Chine faisait naviguer son porte-avions mercredi matin dans le Détroit de Taïwan, a annoncé Taïpei. Le Liaoning n’a pas pénétré dans les eaux taïwanaises mais à l’intérieur de sa zone de défense aérienne, selon la même source.

>> A lire aussi : Trump appelle la présidente de Taïwan et risque le clash avec la Chine

Les médias de l’île affirment que l’armée taïwanaise a dépêché des F-16 mardi soir pour surveiller la progression du seul groupe aéronaval chinois, ce que n’a pas confirmé le ministère de la Défense. « L’armée suit toute la situation et agira si besoin. Nous appelons les Taïwanais au calme », a déclaré le ministère dans un communiqué.

Taïwan, entre Washington et Pékin

Cette navigation dans le détroit de Taïwan intervient peu après le passage aux Etats-Unis de la présidente taïwanaise Tsai Ing-wen, en dépit des protestations de Pékin. La dirigeante a rencontré dimanche le sénateur américain Ted Cruz à Houston, où elle a transité avant de se rendre en Amérique centrale. Sur son trajet retour, elle doit s’arrêter à San Francisco les 13 et 14 janvier.

>> A lire aussi : Pourquoi les propos de Donald Trump concernant Taiwan inquiètent la Chine

La Chine, qui n’a jamais renoncé à la possibilité de recourir à la force pour rétablir sa souveraineté sur l’île, séparée politiquement du Continent depuis 1949, avait demandé en décembre aux Etats-Unis d’interdire à la présidente taïwanaise de transiter par son territoire.

Porte-avions d’occasion

Ces démonstrations de force résonnent au moment où Pékin s’alarme de l’arrivée à la Maison Blanche le 20 janvier de Donald Trump, qui n’a pas été avare de piques à son endroit depuis son élection début novembre.

Les experts estiment cependant que le Liaoning, un porte-avions d’occasion de construction soviétique, ne pose aucune réelle menace pour l’île et qu’il s’agit surtout pour Pékin d’une démonstration de force symbolique.