Philippines : Une prison est prise d’assaut, 150 détenus réussissent à s’évader

FAITS DIVERS L’établissement pénitentiaire a été attaqué par une centaine de rebelles musulmans armés…

20 Minutes avec agences

— 

Une prison aux Philippines.

Une prison aux Philippines. — Bullit Marquez/AP/SIPA

Une centaine d’hommes appartenant à une faction dissidente du Front Moro islamique de libération (The Moro Islamic Liberation Front, MILF), le plus important groupe rebelle musulman des Philippines, ont attaqué mercredi vers 1 heure du matin la prison de Kidapawan, au sud du pays. Les combats ont fait rage pendant deux heures autour du centre de détention et ont permis à plus de 150 détenus de se faire la belle.

>> A lire aussi : VIDEO. Décapitations, massacres au Brésil...Près de 60 prisonniers tués lors d'une mutinerie

La plus grande évasion de l’histoire de l’archipel

Il s’agit, selon les médias locaux, de la plus grande évasion de l’histoire de l’archipel. « Ils cherchaient à libérer leurs camarades en détention », a déclaré à la chaîne ABS-CBN un des surveillants, Peter John Bonggat, précisant que les 24 gardiens étaient en nette infériorité numérique face aux nombreux assaillants.

Les autorités ignorent combien de prisonniers étaient liés aux combattants qui ont attaqué cette prison, ceci alors que le centre de détention, ancienne école décrépie située dans une zone forestière retirée, abritait 1 511 détenus avant l’attaque. « Les détenus ont saisi leur chance en raison de l’importance de la fusillade. Ils ont utilisé leurs lits, les ont empilés pour pouvoir s’enfuir », a précisé Peter John Bonggat.

Six évadés ont été abattus et huit autres ont été retrouvés

Une vaste chasse à l’homme était toujours en cours ce mercredi matin. Les autorités locales ont affirmé que six évadés avaient été abattus et que huit autres avaient été retrouvés.

De son côté, Von al-Haq, porte-parole du MILF, a assuré qu’il ne connaissait pas l’identité des militants qui ont attaqué la prison. L’organisation? qui compte 10 000 combattants et qui a lancé des négociations de paix avec le gouvernement, observe actuellement un cessez-le-feu.

>> A lire aussi : Philippines; la rébellion musulmane signe un accord de paix historique

Les autorités ont, elles, indiqué penser que l’attaque de la prison avait été préparée par les Bangsamoro Islamic Freedom Fighters (BIFF). Le BIFF a fait scission avec le MILF en 2008 à la suite de l’échec de précédentes négociations de paix. Il a ensuite mené des attaques contre les localités chrétiennes qui ont fait plus de 400 morts et 600 000 déplacés.