Sanctions américaines: Les 35 diplomates russes et leurs familles ont quitté les Etats-Unis

EXPULSION Un avion est venu spécialement de Russie pour récupérer les diplomates expulsés après le piratage de la campagne présidentielle américaine...

20 Minutes avec AFP

— 

Barack Obama et Vladimir Poutine le 5 septembre 2016.

Barack Obama et Vladimir Poutine le 5 septembre 2016. — ALEXEI DRUZHININ / SPUTNIK / AFP

« L’avion a décollé, tout le monde est à bord. » Les 35 diplomates russes et leurs familles expulsés des Etats-Unis par décision du président Barack Obama, accusés d’ingérence dans la présidentielle américaine, ont quitté Washington par avion dimanche.

L’appareil, spécialement venu de Russie, a emmené 35 diplomates russes et leurs familles, au total 96 personnes, qui ont rejoint la Russie dans la nuit.

>> A lire aussi : Comment Moscou a recruté une armée de hackers

« Persona non grata »

« Nous pouvons confirmer que les 35 diplomates russes déclarés persona non grata, ainsi que les membres de leurs familles, ont quitté les Etats-Unis », a confirmé à la mi-journée un porte-parole du département d’Etat américain.

Ce départ spectaculaire est la conséquence des mesures et sanctions annoncées jeudi par Barack Obama, moins d’un mois avant son départ de la Maison Blanche : outre ces expulsions de diplomates soupçonnés par Washington d’être des agents du renseignement russe, deux complexes résidentiels russes dans le nord-est des Etats-Unis ont été fermés car considérés comme des bases pour ces espions présumés.

>> A lire aussi : «Pizzagate», élection truquée... Les théories du complot cartonnent aux Etats-Unis

Le GRU (services secrets de l’armée) et le FSB (service Fédéral de Sécurité, ex-KGB) font également l’objet de sanctions économiques et juridiques tout comme quatre dirigeants du GRU, dont son chef Igor Korobov.

La décision de Barack Obama, qui estime que Moscou a orchestré des piratages informatiques pour perturber la présidentielle américaine, a été plus ou moins contestée par son successeur Donald Trump. Le milliardaire populiste, qui veut se rapprocher du président russe Vladimir Poutine, a une nouvelle fois exprimé samedi ses doutes concernant cette éventuelle ingérence russe dans l’élection américaine.

>> A lire aussi : «Bien joué» Poutine, tweete Trump après sa décision de ne pas réagir