Donald Trump, le 9 décembre 2016. Paul Sancya/AP/SIPA.
Donald Trump, le 9 décembre 2016. Paul Sancya/AP/SIPA. - Paul Sancya/AP/SIPA

L’opérateur de téléphonie mobile américain Sprint, filiale du groupe japonais SoftBank, va rapatrier 5.000 emplois aux Etats-Unis. « Je viens d’avoir un appel des dirigeants de Sprint et ils vont ramener 5.000 emplois aux États-Unis » a effectivement annoncé ce mercredi le président élu Donald Trump à des journalistes devant sa résidence de Mar-a-Lago, en Floride.

« Ils les prennent dans d’autres pays »

Sprint a confirmé la bonne nouvelle dans un communiqué séparé. La société s’est ainsi engagé à « créer ou rapatrier » aux Etats-Unis, d’ici la fin mars 2018, un total de 5.000 emplois concernant « une série de postes à travers l’entreprise, incluant ses équipes de service aux clients et de vente ».

>> A lire aussi : L'acquisition d'ARM, nouveau pari fou du PDG de SoftBank Group

Si Sprint a assuré vouloir entamer « immédiatement » des discussions pour déterminer où seront basés ces emplois, il n’a pas précisé depuis quels pays ils seraient relocalisés. De son côté Donald Trump, qui succédera à Barack Obama le 20 janvier, a simplement lâché : « Ils les prennent dans d’autres pays. »

50.000 emplois et 50 milliards de dollars

Le vainqueur d’Hillary Clinton a tenu à remercier pour son implication le PDG de SoftBank, Masayoshi (« Masa ») Son, qui lui avait promis des investissements dans le pays lors d’une rencontre au début du mois de décembre à New York. Suite à cette rencontre, le président américain avait indiqué sur son compte Twitter, sans détail précis, que le milliardaire nippon était « d’accord pour investir 50 milliards de dollars aux Etats-Unis dans des entreprises et (créer) 50.000 nouveaux emplois ». Masayoshi Son avait ensuite précisé aux journalistes que les emplois seraient créés par le biais d’investissements dans des startups, mais n’avait fourni aucun calendrier.

Autre bonne nouvelle déjà annoncée par Donald Trump suite à son entrevue avec Masayoshi Son. OneWeb, une entreprise de satellites américaine dans laquelle SoftBank a prévu d’investir un milliard de dollars, compte pour sa part embaucher 3.000 personnes dans le pays.

Mots-clés :