Irak: Ce que Saddam Hussein a dit lors de son interrogatoire

IRAK Après sa capture, en décembre 2003...

C. Ape. avec AFP

— 

Saddam Hussein, à son procès en 2006

Saddam Hussein, à son procès en 2006 — REUTERS/N.SOLIC

Il y a dix ans, le 30 décembre 2006, était pendu le dirigeant irakien Saddam Hussein. Dix ans plus tard, c'est cette date qu'a choisie John Nixon, le premier analyste de la CIA à l’avoir interrogé après sa capture en décembre 2003, pour publier un livre témoignage L’interrogatoire de Saddam Hussein. Un livre-choc dans lequel il affirme que la CIA et l’administration américaine sont restées prisonnières d’une vision fausse du dictateur irakien.

Les Etats-Unis avaient « beaucoup de choses à apprendre »

Il dévoile dans son ouvrage un épisode de la chute du dirigeant restée jusqu’ici inconnu, rapporte Atlantico. Le 13 décembre 2003, après la capture de Saddam Hussein, les Etats-Unis se questionnent. Comment a-t-il ou quitter la capitale ? Avec quel soutien ? Mais alors qu’il est interrogé par John Nixon, le dirigeant irakien fait une proposition inattendue. « Pourquoi ne me questionnez-vous pas sur la politique ? », demande-t-il, affirmant qu’il y a « beaucoup de choses à apprendre ».

Quand il est par la suite interrogé sur la présence d’armes de destruction massive, il répond en ironisant. « Vous avez trouvé un traître qui vous a mené à moi. Il n’y a donc pas un traître pour vous dire où sont ces armes ? » Il affirme que son pays « n’est pas une nation terroriste », qu'il n’avait « aucun contact avec Ben Laden ». Il niera d’ailleurs toute implication dans le 11-Septembre, indiquant que les personnes impliquées étaient originaires d’ Arabie saoudite et le meneur d’Egypte.

Un chef d’Etat « complètement dépassé »

Pour John Nixon, loin d’être un chef tout-puissant, Saddam Hussein était pendant ses dernières années au pouvoir « complètement dépassé » par ce qui se passait dans son pays.

« Il était inattentif à ce que son gouvernement faisait, n’avait pas de plan réel pour la défense de l’Irak, et ne saisissait pas l’importance de la tempête » qui arrivait et allait le renverser, affirme aujourd’hui l’analyste. « Saddam Hussein était occupé à écrire des romans en 2003. Il ne s’occupait plus de faire tourner le gouvernement », affirme l’analyste.

>> A lire aussi : Un ex-espion de Saddam Hussein aurait échafaudé la stratégie de Daesh en Syrie

L’unité de la nation irakienne

Mais l’administration américaine et la CIA croyaient dur comme fer que « décapiter le régime baasiste ferait de l’Irak un pays pacifique », souligne-t-il aujourd’hui.

Et George W. Bush n’acceptera jamais de revenir sur son analyse, explique John Nixon, qui raconte une confrontation éclairante en 2007 avec lui dans le Bureau ovale. John Nixon tente d’expliquer à George W. Bush qu’il a interrogé un Saddam Hussein plutôt désarmant et maniant l’auto-ironie, mais le Président américain donne des signes d’impatience, et ne se calme que lorsque l’analyste évoque une personnalité « arrogante » ou « sadique »

Le président « n’écoutait que ce qu’il voulait entendre », estime John Nixon. Pour lui, en tout cas, l’Amérique, contrairement à ce qu’elle croyait, n’avait pas intérêt à éliminer le dictateur irakien.

Daesh n’aurait pas si bien réussi sous son régime

« Même si j’ai constaté que Saddam Hussein était un être souverainement déplaisant, j’ai tiré des interrogatoires un respect involontaire pour la manière dont il a réussi à maintenir si longtemps l’unité de la nation irakienne », estime aujourd’hui John Nixon.

« Il est improbable qu’un groupe comme l’EI aurait pu réussir aussi bien sous son régime répressif », ajoute-t-il.

>> A lire aussi : Donald Trump salue Saddam Hussein pour avoir tué des «terroristes»

Dix ans après son exécution, le fantôme du dirigeant irakien continue de hanter l’Amérique, symbole de son ambition fracassée d’apporter la stabilité et la démocratie au Moyen-Orient. La « jeune démocratie irakienne » rêvée par l’administration américaine n’a pas réussi à éliminer les violences inter-confessionnelles.