Donald Trump le 21 décembre 2016 à Mar-a-Lago, à Palm Beach, en Floride.
Donald Trump le 21 décembre 2016 à Mar-a-Lago, à Palm Beach, en Floride. - Andrew Harnik/AP/SIPA

Désinformation et théorie du complot gagnent du terrain  aux Etats-Unis. Un récent sondage publié par le Washington Post cité par L’Obs montre que la moitié des électeurs de Donald Trump croient à l’existence de réseaux pédophiles dirigés par Hillary Clinton et pensent aussi que l’élection présidentielle a été truquée.

La propagation de rumeurs a toujours existé dans la politique américaine. Mais avec internet, elles se répandent désormais plus rapidement et plus largement. Et sont plus difficiles à démentir, estiment les experts.

L’affaire du « Pizzagate »

Le « Pizzagate », une théorie du complot farfelue selon laquelle le directeur de la campagne d’Hillary Clinton serait lié à un réseau pédophile opérant au sous-sol d’une pizzeria de Washington, a eu un écho considérable chez les Américains. Début décembre, un homme armé d’un fusil d’assaut s’est d’ailleurs présenté dans ce restaurant pour, selon ses dires, enquêter personnellement sur cette affaire.

Selon le sondage publié par le Washington Post, 46 % des électeurs de Trump estiment que les fuites d’e-mails provenant du camp Clinton prouvent l’existence de cette affaire de pédophilie.

L’élection présidentielle truquée ?

Les partisans d’Hillary Clinton ne sont pas en reste. Une moitié d’électeurs de la candidate démocrate (50 %) estiment ainsi que Moscou a délibérément trafiqué les résultats du scrutin présidentiel dans le but d’installer  Donald Trump à la Maison-Blanche.

D’une manière générale, un très grand nombre d’Américains estiment que le scrutin présidentiel du 9 novembre a été « certainement » ou « probablement » truqué. Près de 62 % des électeurs de Trump et 25 % des électeurs de Clinton pensent ainsi que « des millions de votes truqués » ont été comptabilisés dans les résultats.

Mots-clés :