Attentat à Berlin: L'Italie n'a pas identifié de «réseaux» soutenant Anis Amri

TERRORISME Un procureur antiterroriste a expliqué que les milieux criminels du pays procuraient souvent « un support logistique », ce qui ne serait pas le cas pour Anis Amri…

20 Minutes avec AFP

— 

Le suspect de l'attentat de Berlin Anis Amri abattu par la police à Milan en Italie, le 23 décembre 2016.

Le suspect de l'attentat de Berlin Anis Amri abattu par la police à Milan en Italie, le 23 décembre 2016. — AFP

Les premières investigations transalpines n’ont rien donné. Le chef du gouvernement italien, Paolo Gentiloni, a écarté ce jeudi l’existence « de réseaux » en Italie soutenant Anis Amri, auteur présumé de l’attentat de Berlin.

La police italienne enquête sur toutes les anciennes connaissances du Tunisien, abattu vendredi à 3 h près de Milan après un banal contrôle d’identité. L’homme de 24 ans, débarqué à Lampedusa en 2011, avait purgé une peine de prison de quatre ans en Sicile avant de mettre le cap sur l’Allemagne. Plusieurs perquisitions ont été menées, en particulier dans des logements où il aurait été hébergé voici un an dans une zone agricole au sud-est de Rome, selon des sources policières.

La péninsule, « un support logistique »

En revanche, un procureur a expliqué que les milieux criminels du pays procuraient souvent « un support logistique ». « L’Italie n’est pas seulement un lieu de passage pour les terroristes. Dans notre pays, il y a une offre de support logistique aux auteurs des massacres, consistant à leur fournir des papiers, des refuges, des appartements », a expliqué le procureur italien antiterrorisme et antimafia Franco Roberti dans un entretien publié ce jeudi dans le quotidien La Repubblica.

>> A lire aussi : Des images de vidéosurveillance d’Anis Amri à la gare de Milan diffusées par la police

De manière générale, sans lever le voile sur l’enquête, Paolo Roberti note que « les petits terroristes ont besoin d’aide de la part du milieu criminel ». « Je pense aux faux papiers et ce n’est pas un hasard que se soient créées à Naples, Caserte, Bari et Rome des centrales de fabrication de faux papiers pour les migrants », a-t-il ajouté.

Certaines personnes radicalisées trouvent aussi leurs financements dans ces trafics. « Les organisations terroristes sont aussi des organisations criminelles », insiste le procureur en rappelant que l’organisation Etat islamique (EI) « pratique des activités typiquement mafieuses :  le trafic international de drogue, celui des hydrocarbures de l’Irak, le trafic de migrants ».