Le président américain Barack Obama et son homologue russe Vladimir Poutine.
Le président américain Barack Obama et son homologue russe Vladimir Poutine. - ALEXEI DRUZHININ / SPUTNIK / AFP

Elles pourraient être diplomatiques et financières. L’administration américaine est sur le point d’annoncer les sanctions promises par le président Obama contre la Russie pour les piratages informatiques qui ont perturbé la présidentielle aux Etats-Unis, selon des médias américains. « Une annonce pourrait être faite dès cette semaine », selon le Washington Post, tandis que CNN prévoit une annonce « dès jeudi ».

Ces sanctions devraient aussi comporter un volet tenu secret de contre-attaque informatique.

Poutine directement mis en cause

Barack Obama a promis des représailles contre la Russie après les piratages informatiques qui ont perturbé le match électoral entre Donald Trump et Hillary Clinton. Washington accuse notamment des pirates informatiques russes d’avoir dérobé des dizaines de milliers d’e-mails de responsables démocrates. Ces messages ont ensuite été mis en ligne, jetant une lumière crue sur les délibérations internes du camp démocrate et brouillant le message de sa candidate.

>> A lire aussi : Obama accuse indirectement Poutine et met en garde Trump

Le président Obama a directement mis en cause son homologue russe dans cette affaire, soulignant que « pas grand-chose ne se passe en Russie sans l’aval de Vladimir Poutine ». Nombre d’observateurs ont estimé que l’intention de Moscou était avant tout de saper la confiance dans la légitimité de l’élection américaine, pour affaiblir la future administration.

Donald Trump, le président élu, a affirmé qu’il ne « croyait pas » à ces accusations, qualifiées par ailleurs par Moscou « d’indécentes ». Mais il est isolé dans son propre camp, la plupart des responsables républicains ne mettant pas en doute la réalité des opérations russes.

Mots-clés :