Taïwan, premier pays asiatique à autoriser le mariage homosexuel?

COUPLE Le projet de loi actuellement examiné au Parlement rendrait possible l’adoption par deux femmes ou deux hommes....

20 Minutes avec agence

— 

Le drapeau LGBT

Le drapeau LGBT — STR/NEWSCOM/SIPA

Le Parlement taïwanais a entamé, lundi, le deuxième examen d’une proposition de loi légalisant le mariage entre deux personnes de même sexe. Si le texte obtient le soutien d’une majorité d’élus, une troisième lecture plus détaillée sera nécessaire avant une éventuelle adoption en 2017. En cas d’adoption, cette proposition de loi ferait de Taïwan le premier Etat d’Asie à légaliser l’union homosexuelle.

Deux tiers des députés seraient prêts à voter en faveur du texte

L’arrivée au pouvoir en mai de la présidente Tsai Ing-wen, favorable aux droits des homosexuels, a suscité de grands espoirs chez les militants favorables au mariage pour tous. C’est d’ailleurs Yu Mei-nu, députée du Parti démocrate progressiste (PDD), qui a proposé le projet de loi, qui rendrait également possible l’adoption par deux femmes ou deux hommes.

La parlementaire avait déjà soumis sans succès une proposition similaire l’an dernier, raconte Libération. Mais cette fois-ci, deux tiers des députés seraient prêts à voter en faveur du texte.

>> A lire aussi : Premier mariage bouddhiste homosexuel à Taïwan

Un revirement qui pourrait, selon le quotidien national, s’expliquer par le décès, en octobre dernier, de Jacques Picoux. L’artiste et universitaire français s’est suicidé un an après la mort de Tseng Ching-chao, son compagnon pendant trente-cinq ans. Le professeur n’aurait pas supporté d’avoir dû quitter le logement qu’occupait le couple, faute de reconnaissance de leur relation. Les associations LGBT du pays avaient relayé l’affaire, entraînant une prise de conscience plus générale des inégalités existant à Taïwan.

Manifestation devant le Parlement

Le parti conservateur KMT, qui n’est plus au pouvoir depuis mai dernier, pourrait voter contre la proposition de loi, dans l’espoir pour affaiblir la nouvelle présidente Tsai Ing-wen. Quant à l’Alliance pour le bonheur de la prochaine génération (mouvement d’opposition au projet), il ne cesse de faire entendre sa voix.

A son appel, plusieurs milliers d’opposants au mariage pour tous s’étaient réunis devant le Parlement, lundi, afin de demander l’organisation d’un référendum. Face à eux, des défenseurs des droits de l’homme bien décidés à soutenir un Taïwan « progressiste », qui souhaite largement se démarquer de sa voisine chinoise plus conservatrice.

>> A lire aussi : Un film sur un couple gay approuvé pour la première fois par la censure chinoise