Les experts de la police italienne, à l'endroit où a été abattu Anis Amri, le 23 décembre, à Sesto San Giovanni.
Les experts de la police italienne, à l'endroit où a été abattu Anis Amri, le 23 décembre, à Sesto San Giovanni. - DANIELE BENNATI / AFP

Cette page est actualisée en temps réel : cliquez ici pour mettre à jour.

L'ESSENTIEL

  • Anis Amri est soupçonné d'être le tueur du camion-bélier qui a tué 12 personnes lundi soir à Berlin
  • Il a été abattu lors d'un contrôle de police dans la nuit à Milan en Italie
  • Un policier italien a été blessé lors de la fusillade

 

A LIRE AUSSI

>> A lire aussi : Un mandat d'arrêt européen émis contre Anis Amri

>> A lire aussi : La famille du suspect, lié à des salafistes, sous le choc

>> A lire aussi : Pourquoi vous verrez à nouveau des photos de terroristes dans les médias

 


Ce live est désormais terminé, merci de l'avoir suivi


21h01: Encore de nombreuses questions restent en suspens

  • Comment Anis Amri a-t-il pu arriver jusqu'en Italie?
  • A-t-il eu des complices?
  • Qu'a-t-il fait avant l'attentat?

19h55 : Bruno Le Roux confirme que les contrôles aux frontières ont été renforcés dès le soir de l’attentat

Le ministre de l’Intérieur s’est exprimé ce soir depuis la place Beauvau. Il a salué le travail de la police italienne et a appelé à « la plus grande prudence concernant les informations qui circulent actuellement » sur l’enquête.

Le ministre a également affirmé que les contrôles aux frontières ont été renforcés « dès le soir » de l’attentat, répondant ainsi aux critiques exprimés sur la porosité de l’espace Schengen qui aurait permis, selon certains, à Anis Amri de se rendre très facilement de Berlin jusqu’à Milan en passant par la France.


19h30: Après l'attentat, Angela Merkel est sous le feu des critiques

Déjà très critiquée pour avoir accepté d’ouvrir les portes de son pays à plus d’un million de réfugiés, la Chancelière allemande doit désormais s’expliquer sur les failles de ses services de sécurité. 

>> A lire aussi : Merkel promet des changements après les failles révélés par l’attentat

 


18h45: Anis Amri aurait pris le train depuis Lyon pour rejoindre Chambéry

D'après Europe 1, Anis Amri aurait pris le train pour Chambéry depuis la gare de Lyon Part Dieu, avant de se rendre à Milan en TGV. 

 


17h30: La SNCF a eu confirmation qu'Anis Amri avait sur lui un billet Chambéry-Turin

Un porte-parole de la SNCF a déclaré au journal Le Monde que l'entreprise ferroviaire avait eu la confirmation qu'Anis Amri avait sur lui un billet de train Chambéry-Turin.

Sur RTL, le président de la SNCF, Guillaume Pepy a déclaré qu'en ce moment même, « des cheminots de la surveillance SNCF sont en civil et armés dans les trains. Mais je ne vous dirai pas où », a-t-il ajouté.
 


16h50: La droite populiste allemande marque des points

La popularité de la droite populiste allemande progresse fortement, à plus de 15% d'intentions de vote, selon un sondage à paraître samedi et réalisé après l'attentat du marché de Noël de Berlin. 

L'Alternative pour l'Allemagne (AfD) recueille 15,5% d'intentions de vote pour les législatives de 2017, soit 2,5 points de plus que la semaine précédente, indique l'enquête d'opinion à paraître samedi dans le quotidien Bild et réalisée par l'institut Insa. Il s'agit du niveau le plus élevé atteint par le mouvement anti-immigration et anti-islam depuis le mois de septembre, période à partir de laquelle il avait reculé.

A l'inverse, le parti conservateur CDU de la chancelière Angela Merkel recule de 1,5 point à 31,5% et le parti social-démocrate SPD, membre de la coalition gouvernementale actuelle, perd un point à 20,5%. L'AfD a accusé Angela Merkel d'avoir accru le risque d'attentats islamistes par sa politique d'accueil généreuse des réfugiés, dont près d'un million sont arrivés en 2015 et 300.000 supplémentaires cette année.


16h20: La messe de Noël de Strasbourg se passera sous haute sécurité

Contrôles, fouilles de sacs, accès et places limitées: la messe de minuit qui sera célébrée samedi soir à la cathédrale de Strasbourg, à la veille de Noël, obéira à des mesures de sécurité strictes, a-t-on appris vendredi auprès de l'archevêché.

Comme l'an dernier, une seule porte permettra d'accéder à la cathédrale depuis une place qui jouxte le monument, a précisé la chancellerie de l'archevêché de Strasbourg.

En raison de l'état l'urgence en France, les mesures de sécurité prévoient l'installation d'un «premier barrage, avec des contrôles de personnes et des fouilles de sacs» à l'entrée, a-t-on indiqué.

Quelque 1.400 personnes pourront assister assises à la messe de minuit, qui sera animée par la centaine de participants de la chorale de la cathédrale.

«Une fois que la cathédrale sera pleine au niveau des places assises, les autres personnes seront refoulées», a-t-on indiqué. «La consigne est de ne pas venir avec une valise», a-t-on ajouté.

La messe de minuit démarrera quelques heures après la clôture du marché de Noël de Strasbourg, qui fermera ses portes à 18H00.


16h10: VIDEO. Une caméra embarquée a filmé l'arrivée du camion sur le marché de Noël de Berlin

 


16h: De Berlin à Milan, quel a été le parcours d'Anis Amri ?

 

Le suspect numéro 1 de l’attentat de Berlin serait passé par la France avant d’être abattu par des policiers italiens ce vendredi.

>> A lire aussi: Attentat en Allemagne: De Berlin à Milan... Le mystérieux parcours d'Anis Amri


15h45: Qui sont les victimes de l'attentat de Berlin ? 

 

L'attaque sur le marché de Noël a fait 12 morts, dont 6 Allemands.

>> A lire aussi : Attentat de Berlin: Qui sont les victimes ?

 


15h20: Une vidéo de Anis Amri prêtant allégeance à Daesh

Le terroriste abattu ce vendredi matin avait réalisé une vidéo le 20 décembre dans laquelle il prête allégeance à Daesh. Il était alors encore à Berlin.

La vidéo a été diffusée ce vendredi par Amaq, l'agence de propagande de Daesh. 

L'homme, qui apparaît debout vêtu d'un manteau sur ce qui semble être une passerelle au dessus d'un fleuve, s'adresse directement à la caméra. Il dit son intention de venger les musulmans victimes de raids aériens et appelle à attaquer les « croisés ». La date et le lieu de l'enregistrement, qui dure près de trois minutes, ne sont pas mentionnés mais la vidéo semble avoir été tournée à Berlin.


15h: Angela Merkel: «Le danger que représente le terrorisme perdure»

 

La chancelière allemande vient de donner une conférence de presse: «J'ai demandé au ministre de l'Intérieur d'analyser tous les détails de cet attentat et de nous présenter les résultats dès que possible.Quand il sera nécessaire de modifier certaines mesures policières ou judiciaires, nous le ferons extrêmement rapidement», a déclaré Angela Merkel.

«J'ai parlé avec le président tunisien et nous avons passé en revue tous les aspects de nos liens, il y a une coopération intense entre nos deux pays en matière de lutte contre le terrorisme. J'ai dit au président tunisien que les procédures de rapatriement devraient être accélérées et que le nombre de personnes expulsées vers la Tunisie devrait augmenter à l'avenir.»

«Le danger que représente le terrorisme perdure. Pour moi comme pour le gouvernement allemand, le devoir suprême de l'Etat est de protéger ses citoyens. Notre démocratie, notre Etat de droit, nos valeurs, notre humanité doivent être en opposition avec la haine et avec le terrorisme», a dit Angela Merkel.


14h50: L'AfD, le parti d'extrême-droite allemand, dénonce la porosité des frontières allemandes

«L'auteur présumé de l'attentat #Amri a réussi à passer au travers du réseau de surveillance en passant les frontières allemandes non protégées». 


14h40: Le parcours d'Anis Amri en une infographie

 


14h30: Le passage d'Anis Amri par la France fait réagir les politiques de droite

 

Et du Front national.

 


14h20: La police allemande recherche d'éventuels soutiens et complices

La police allemande continue à chercher si l'auteur présumé de l'attentat de Berlin, abattu à Milan, a bénéficié de soutiens ou disposait de complices, a annoncé vendredi le procureur anti-terroriste Peter Frank. «Pour nous maintenant il est d'une grande importance de déterminer si dans la préparation et l'exécution (de l'attentat) et la fuite du suspect il y a eu un réseau de soutien, un réseau d'aide, des complices ou des personnes qui l'ont aidé», a-t-il souligné devant la presse. 

Les enquêteurs veulent en particulier reconstituer le parcours du Tunisien depuis Berlin jusqu'à Milan afin d'établir s'il a bénéficié de complicités, «d'aides» notamment de son réseau de connaissances, a expliqué Peter Frank. a question se pose en effet de savoir comment il est parvenu à quitter l'Allemagne au nez et à la barbe de toutes les polices du pays. «Nous sommes en contact avec les autorités italiennes», a-t-il ajouté.

Les enquêteurs tentent aussi de savoir si l'arme avec laquelle Anis Amri a tiré sur un policier italien avant d'être abattu était l'arme qui a servi à tuer un chauffeur routier polonais lundi soir à Berlin.


14h15: Marine Le Pen dénonce une «catastrophe sécuritaire totale»

La présidente du Front national estime, dans un communiqué, que le périple d'Anis Amri après l'attentat de Berlin est le résultat d'une «catastrophe sécuritaire totale»: «Cette escapade dans deux ou trois pays a minima est symptomatique de la catastrophe sécuritaire totale que représente l'espace Schengen, écrit Marine Le Pen. Privée de frontières nationales pérennes et d'infrastructures douanières au niveau, la France, comme la plupart de ses voisins, en est réduite à apprendre après coup qu'un djihadiste armé et dangereux se baladait probablement sur son sol. Je réitère l'engagement de redonner à la France la pleine maîtrise de sa souveraineté, de ses frontières nationales et de mettre fin en conséquence aux accords de Schengen».


14h05: Daech confirme que l'homme abattu à Milan est l'auteur de l'attentat de Berlin

Daech annonce via son agence de propagande qu'Anis Amri, abattu à Milan par la police italienne, est bien l'auteur de l'attentat qui a fait 12 morts sur un marché de Noël de Berlin.

«L'assaillant de Berlin a mené une nouvelle attaque contre une patrouille de la police italienne à Milan et a été tué dans un échange de tirs», a indiqué le groupe jihadiste dans un communiqué publié par son agence de propagande Amaq.


13h54: D'après le journal La Repubblica, Anis Amri aurait rejoint Turin depuis Chambéry avant d'arriver à Milan

D'après le quotidien italien La Repubblica, Anis Amri aurait rejoint Turin depuis Chambéry avant d'arriver à Milan. Pour rappel, les policiers italiens ont retrouvé un billet de train au départ de Chambéry dans la poche du suspect principal de l'attentat qui a fait 12 morts à Berlin. 


13:40: Le procureur général allemand confirme que l'homme abattu à Milan est bien Anis Amri

Le procureur général allemand, Peter Franck, a confirmé que l'homme abattu par la police italienne à Milan est bien Anis Amri. Dans une brève intervention devant la presse, il a affirmé que la police continuait à enquêter pour savoir s'il avait été appuyé par un réseau et reçu de l'aide pour voyager de Berlin à Milan. « L’enquête se poursuit contre X. Il y a eu une revendication de l’Etat islamique, mais je ne peux pas vous donner plus de détails pour l’instant car l’enquête suit son cours, et nous voulons que l’enquête se poursuive en toute sérénité », a-t-il ajouté.


13h05: Le ministre de l’Intérieur allemand va aussi faire un point presse à 14h15

 


12h55: « L’attention reste maximale » en Italie

« Notre attention reste maximale, les menaces ne doivent pas être sous-évaluées », a déclaré le chef du gouvernement italien Paolo Gentiloni. « Plus que jamais nous sommes engagés sur le front de la sécurité », a-t-il ajouté lors d’une conférence de presse.

 


12h45: Le procureur fédéral allemand va tenir une conférence de presse à 13h30

 


12h40: Angela Merkel va appeler aujourd’hui le président tunisien

D’après Le Monde, la chancelière Angela Merkel devrait s’entretenir aujourd’hui avec le président tunisien pour aborder notamment l’expulsion «manquée» du présumé terroriste. Tunis n’aurait délivré qu’avant-hier le document permettant d’expulser Anis Amri d’Allemagne.

 


12h35: Allemagne, Australie, Indonésie… Plusieurs attentats déjoués avant Noël

Outre l’Allemagne, où deux frères soupçonnés de préparer un attentat ont été arrêtés jeudi, quatre jours après le drame de Berlin, l’Australie et l’Indonésie ont annoncé avoir déjoué des actes terroristes planifiés pour Noël.

En France, quelque 155.000 policiers et militaires vont être déployés dans le cadre de mesures de sécurité renforcées pour les fêtes de fin d’année, a annoncé la police.


12h30: Milan, « succursale du djihadisme tunisien »

D’après David Thomson, spécialiste du djihadisme, la ville de Milan est connue pour être « une vieille succursale pour le djihadisme tunisien ».

 


12h15: La police berlinoise remercie la police italienne sur Twitter

 


12h10: L’enquête se poursuit pour tenter de déterminer s’il a bénéficié de complicité

Les zones d’ombre sur l’itinéraire et la cavale d’Anis Amri sont nombreuses. L’enquête se poursuit pour tenter de déterminer s’il a bénéficié de complicité.

 


12h05: L’Allemagne se félicite de la coopération internationale

« Les indications se multiplient » et indiquent « qu’il s’agit vraiment de cette personne », à savoir le Tunisien Anis Amri. « Si c’est bien confirmé alors le ministère de l’Intérieur est soulagé que cette personne ne représente plus un danger », a indiqué à la presse le porte-parole du ministère, Tobias Plate. « Nous sommes reconnaissants aux autorités italiennes pour l’échange d’informations étroit et en toute confiance qui a eu lieu dans la matinée », a indiqué pour sa part le porte-parole de la diplomatie allemande, Martin Schäfer lors d’un point presse ce vendredi matin.

La porte-parole de la chancelière Angela Merkel n’a pas souhaité réagir, l’Allemagne n’ayant pas été encore notifié officiellement par écrit.


12h: L’Italie, un pays qu’Anis Amri connaissait bien

Quand la révolution tunisienne éclate et renverse en janvier 2011 le dictateur Zine el-Abidine Ben Ali, Anis Amri a tout juste 18 ans. Sous le coup d’une condamnation par contumace de quatre ans de prison pour vol et cambriolage, il profite du désordre ambiant pour prendre la mer en mars et rejoindre la petite île italienne de Lampedusa. Il ment alors sur son âge pour être considéré comme mineur non accompagné et est transféré en Sicile. En Italie, il bascule de nouveau dans la délinquance. Arrêté avec des amis pour avoir incendié une école, il écope de quatre ans de prison. C’est sans doute dans l’un des pénitenciers par lequel il est passé qu’il s’est radicalisé, selon la presse italienne.

 


11h50: Plus de 30 heures pour disparaître des radars

À cause de plusieurs dysfonctionnements de la police allemande, Anis Amri a eu plus de 30 heures pour disparaître des radars, entre l’attentat et la diffusion de l’avis de recherche. Le suspect aurait par ailleurs été filmé par des caméras de surveillance devant une mosquée berlinoise, quelques heures après l’attentat de Berlin, selon des médias allemands.

 


11h45: Un transit par Chambéry ?

Selon le quotidien italien La Stampa, un billet de train prouve qu'Anis Amri serait arrivé de France via Chambéry (Savoie). Il serait passé par Turin avant d’arriver à la gare de Milan, vers 1h du matin, selon le Corriere della Serra. Il a ensuite été interpellé deux heures plus tard par les deux policiers.

 


11h40: Comment a-t-il été tué ?

D’après les premiers éléments, le suspect se promenait seul dans le noir vers 3 heures du matin à Sesto San Giovanni, une ville de la banlieue milanaise, au moment où deux policiers lui ont demandé ses papiers. Le jeune homme aurait brusquement sorti un pistolet de calibre 22 de son sac à dos et tiré sur l'un des deux policiers. L’autre policier aurait riposté et l’aurait tué.

 


11h35: «Un soulagement» pour l’Allemagne

La mort du principal suspect de l’attentat de Berlin est un « soulagement », a déclaré Thomas de Maizière, le ministère allemand de l’Intérieur.

Les médias allemands ont rapidement relayé l'information en titrant notamment : «C'est fini».

 


11h30: Anis Amri aurait franchi au moins deux frontières

Alors qu’il faisait l’objet d’un mandat d’arrêt européen depuis lundi soir, Anis Amri aurait franchi au moins deux frontières pour se retrouver à Milan, selon des médias italiens.


11h25: Face aux policiers, il a sorti « sans hésiter » une arme

L’homme a été abattu lors d’un contrôle de police de routine et a sorti « sans hésiter » une arme, a indiqué le ministre de l'Intérieur italien.

 


11h20: Anis Amri aurait transité par la France

Selon le quotidien Corriere della Sera, le suspect aurait pris le train entre Chambéry (Savoie) et Turin dans la nuit. Il aurait ensuite pris une voiture pour se rendre à Milan.


11h18: Un policier blessé lors de la fusillade

Le ministre a également indiqué qu'un des deux policiers qui a arrêté Anis Amri a été blessé au cours de cette opération, mais il « n’est pas en danger ». «L'Italie doit être reconnaissante envers ces deux très jeunes agents», a déclaré le ministre de l'Intérieur.

 


11h10: Il a été tué lors d’un contrôle de police

Anis Amri a été arrêté à bord d’une voiture vers 3h vendredi matin lors d’un contrôle de routine. Il a sorti une arme et a été abattu par la police. Marco Minniti a félicité les policiers qui « en faisant leur devoir, ont rendu un service extraordinaire à la communauté ».


11h05: Anis Amri abattu par la police italienne

Le ministre italien de l’Intérieur, Marco Minniti, a déclaré ce vendredi que l’homme abattu par la police italienne est « sans l’ombre d’un doute » Anis Amri.

 


Mots-clés :