Tragédie au marché de Noël de Berlin
Tragédie au marché de Noël de Berlin - 20 minutes - Slideshow

Daesh est sorti du silence. Le groupe Etat islamique (EI) a revendiqué mardi soir l’attentat au camion-bélier de Berlin qui a fait 12 morts et dont l’auteur est toujours en fuite, après la libération par les autorités allemandes du seul suspect. « Un soldat de l’EI a commis l’opération de Berlin en réponse aux appels à cibler les ressortissants des pays de la coalition internationale » luttant contre l’Etat islamique, a annoncé l’agence de propagande du groupe jihadiste, Amaq.

>> A lire aussi : Suivez l'évolution des événements au lendemain de l'attentat à Berlin

D’autres décès « ne sont pas à exclure »

Il s’agit de l’attentat le plus grave commis sur le sol allemand dont l’EI a endossé la responsabilité. Le carnage lundi soir sur le marché de Noël survient dans une Allemagne jusqu’alors épargnée par les attentats de grande ampleur. Outre les 12 morts, 48 personnes ont été blessées, dont 24 restaient hospitalisées mardi soir.

Sur ce total, quatorze sont toujours entre la vie et la mort, a dit dans la soirée le ministre de l’Intérieur Thomas de Maizière, selon lequel d’autres décès « ne sont pas à exclure ». Les autorités allemandes n’ont pas pour le moment authentifié la revendication de l’EI mais, selon le parquet antiterroriste, « la cible choisie et le mode opératoire peuvent faire penser » à une attaque islamiste. Les faits rappellent en effet l’attentat au camion-bélier du 14 juillet à Nice en France, le soir de la fête nationale (86 morts).

>> A lire aussi : Les zones d'ombre de l'enquête

Le véritable auteur de l’attentat toujours fuite

Du côté de l’enquête, la plus grande confusion demeure. Après avoir annoncé l’arrestation d’un suspect, un demandeur d’asile pakistanais, les autorités ont fait marche arrière. L’homme a été remis en liberté mardi soir, faute d’éléments à charge. « Les résultats de l’enquête n’ont à l’heure actuelle pas mis au jour d’éléments confirmant des soupçons » à son encontre et notamment sa présence dans la cabine du poids lourd, a expliqué le parquet fédéral.

Du coup, le véritable auteur de l’attentat est en toujours fuite. « Nous avons probablement un dangereux criminel dans la nature », a reconnu le chef de la police berlinoise, Klaus Kandt, sans exclure qu’il y ait eu un ou des complices.

Il a ajouté dans la soirée sur une chaîne de télévision que le fugitif avait « une arme », sans doute celle qui a servi à tuer le chauffeur polonais en titre du camion utilisé pour foncer la foule. L’homme a été retrouvé tué par balle dans son véhicule, qui lui avait été dérobé.

Mots-clés :