Attentat manqué du Thalys : Ayoub El-Khazzani va-t-il enfin livrer des indices clés sur les attentats de Paris ?

AUDITION Son témoignage pourrait être crucial dans l’enquête sur les attentats du 13 novembre…

C. Ape.

— 

Photo non datée d'Ayoub El-Khazzani, diffusée par un réseau social

Photo non datée d'Ayoub El-Khazzani, diffusée par un réseau social — - -

Ayoub El-Khazzani, l’auteur de l’attentat manqué d’août 2015 dans un Thalys, avait gardé le silence depuis sa garde à vue. Il pourrait enfin s’exprimer et livrer notamment des indices clefs sur les attaques du 13 novembre aux enquêteurs, révèle BFMTV ce mercredi.

Le Marocain de 26 ans va être entendu par les juges, sur sa demande et celle de son avocat alors qu’il apparaît que ses liens avec Abdelhamid Abaaoud sont plus étroits que ce que croyaient les enquêteurs.

Des liens étroits avec Abaaoud

Après « l’échec de Verviers » - la cellule de djihadistes neutralisée en janvier 2015 en Belgique -, Abdelhamid Abaaoud « a décidé de venir lui-même sur place » quelques mois plus tard pour être le « coordinateur sur le terrain » des futurs attentats du 13 novembre, expliquait en effet mi-novembre Jean-Charles Brisard, président du Centre d’analyse du terrorisme (CAT).

Les deux hommes voyagent ensemble jusqu’en Hongrie et « résid [ent] ensemble dans un même hôtel de Budapest », ce qui montre un « lien direct » entre l’assaillant du Thalys et l’organisation de l’Etat islamique, selon un document du CAT, publié dans la revue américaine Sentinel et évoqué par Le Monde en novembre. El-Khazzani a ensuite pris le train pour Vienne, alors qu’Abaaoud est allé en voiture en Autriche, d’après la même source.

Un témoignage essentiel ?

Dans les semaines qui suivent, leur trace se perd. Le 21 août dernier, armé d’une kalachnikov, Ayoub El-Khazzani avait projeté d’assassiner des gens dans le Thalys. Il avait été maîtrisé et stoppé grâce au courage de deux militaires américains.

>> A lire aussi : Témoin clé sur Abaaoud, «Sonia a cessé d'exister légalement»

Son témoignage pourrait s’avérer crucial et éclairer les enquêteurs sur la préparation de cette attaque. Mais il leur permettrait également de savoir si Abaaoud a piloté ce projet et celui du 13 novembre depuis la Belgique.

« On en sait beaucoup sur la manière dont ces individus sont arrivés en Europe, sur la manière dont ils se sont formés en amont, en Syrie. Ce que peut dire Ayoub El-Khazzani est absolument important », fait ainsi valoir Jean-Charles Brisard auprès de BFMTV.