Italie: Le président demande à Matteo Renzi de reporter sa démission

GOUVERNEMENT Sergio Mattarella lui a demandé « de surseoir » à sa décision « afin de permettre l’adoption du budget 2017 au Parlement »…

20 Minutes avec AFP

— 

Le chef du gouvernement italien Matteo Renzi, le 28 novembre 2016 à Rome

Le chef du gouvernement italien Matteo Renzi, le 28 novembre 2016 à Rome — Pierpaolo Scavuzzo / AGF/SIPA

Démissionnera, démissionnera pas… Le président de la République italienne, Sergio Mattarella a demandé ce lundi soir au chef du gouvernement Matteo Renzi de « surseoir à sa démission » afin de permettre l’adoption du budget 2017 au Parlement, selon un communiqué de la présidence. Matteo Renzi avait annoncé tôt lundi matin  qu’il démissionnerait au lendemain du non massif des Italiens à un référendum constitutionnel qu’il défendait depuis des mois.

>> A lire aussi : Comment interpréter le non au référendum voulu par Renzi ?

« Mon expérience de chef de gouvernement s’arrête là », avait déclaré le chef du gouvernement italien lors d’une allocution en direct à la télévision, précisant qu’il remettrait sa démission lundi au président italien Sergio Mattarella à l’issue du conseil des ministres.

Pas de dissolution du Parlement

Après un conseil des ministres qui a duré à peine dix minutes, Matteo Renzi, a remis lundi soir son sort entre les mains de Sergio Mattarella, chef d'Etat discret qu'il a rencontré une demi-heure au Quirinale, siège de la présidence italienne. Le président a pris acte de la volonté du jeune président du Conseil de démissionner, mais lui a donc demandé de reporter sa décision jusqu'au vote définitif de la loi de finances 201.

Ce vote devant le Sénat, après un premier vote déjà acquis à la Chambre des députés, pourrait avoir lieu avant la fin de la semaine, selon les médias italiens. Une fois ce budget définitivement adopté, M. Mattarella devrait nommer un gouvernement «technique», chargé principalement de réformer la loi électorale. Au grand dam des populistes du Mouvement 5 étoiles (M5S) et de la Ligue du Nord qui ont réclamé une dissolution immédiate du Parlement.