Les logos officiels de Facebook et Google.
Les logos officiels de Facebook et Google. - DR

Accusés d’avoir contribué en partie à l’élection très contestée de Donald Trump, les deux géants américains Google et Facebook ont pris des mesures ce mardi pour couper les revenus publicitaires des faux sites d’informations.

>> A lire aussi : Trump a-t-il gagné grâce aux réseaux sociaux?

« Nous travaillons à une mise à jour de nos politiques de publication et allons commencer à interdire les publicités de Google sur les contenus trompeurs, de la même manière que nous interdisons les publicités mensongères », a indiqué Google dans un communiqué. « A l’avenir nous allons restreindre les publicités sur les pages qui dénaturent ou masquent les informations sur l’éditeur, ses contenus ou le but premier du propriétaire du site », a ajouté le communiqué.

Même politique chez Facebook

Facebook va mettre en place une politique identique, selon un porte-parole. « Nous n’intégrons pas ou ne montrons pas de publicités dans des applications ou des sites dont le contenu est illégal, trompeur ou mensonger, ce qui inclut les fausses informations », explique un communiqué  du réseau social.

>> A lire aussi : Des employés rebelles de Facebook s’interrogent sur le rôle des fausses informations

« C’était jusqu’à présent sous-entendu, mais nous avons mis à jour notre politique pour clairement exprimer que cela concerne les fausses nouvelles. Notre équipe va continuer à surveiller tous les éditeurs potentiels et surveiller ceux qui existent pour s’assurer qu’ils suivent ces directives », a encore indiqué Facebook.

La victoire de Donald Trump à l’élection présidentielle américaine le 8 novembre a mis en lumière le rôle des médias en ligne et des réseaux sociaux, notamment au regard des informations fantaisistes qu’ils permettent de répandre. Parmi les fausses informations partagées en ligne, une affirmait que la candidate démocrate Hillary Clinton appelait « à la guerre civile si Trump était élu ». Une autre disait : «  Le pape François choque le monde, soutient Donald Trump à la présidentielle »

Mots-clés :