Donald Trump président : Comment le cataclysme s’est produit

ETATS-UNIS Le républicain a fait mieux que Mitt Romney chez l'électorat blanc, et Clinton moins bien qu'Obama chez les jeunes, les Afro-Américains et les Hispaniques...

Philippe Berry

— 

Des supporters de Donald Trump à l'annonce de sa victoire, le 9 novembre 2016.

Des supporters de Donald Trump à l'annonce de sa victoire, le 9 novembre 2016. — Evan Vucci/AP/SIPA

Pris séparément, ces facteurs n’ont rien d’extraordinaire. Mais parce qu’ils se sont produits simultanément, la baisse de la participation, la sur-performance de Donald Trump dans l’électorat blanc ouvrier et la contre-performance de Clinton chez les minorités et les jeunes ont créé les conditions pour une « tempête parfaite » lors de cette élection présidentielle. Et l’ouragan Trump a tout emporté.

Clinton remporte le vote populaire mais perd le collège électoral

Comme Al Gore en 2000, Hillary Clinton aurait gagné si les Etats-Unis votaient au suffrage universel direct. Une fois le vote par procuration inclus, elle devrait terminer avec 1 % de plus que Donald Trump, soit une erreur de « seulement » 2 % des sondages. Mais ça a suffi pour que le républicain l’écrase au collège électoral – sans doute 305 à 233 voix – grâce à des victoires décisives en Floride et surtout dans les terres rurales et ouvrières (Pennsylvanie, Ohio, Michigan).

>> A lire aussi : Les réactions et analyses après la victoire de Donald Trump

La participation en forte baisse, surtout chez les démocrates

C’est peut-être le chiffre le plus surprenant : Donald Trump a obtenu moins de votes que Mitt Romney. Mais la baisse d’environ 3 % de la participation, par rapport à 2012, pénalise surtout Clinton, qui devrait finir entre 4 et 5 millions de voix derrière Barack Obama.

A Milwaukee, dans le Wisconsin, la participation a même chuté de 25 %, relève le chercheur Daniel Nichanian, notamment chez les jeunes et les Afro-Américains.

Le vote de l’électorat blanc ouvrier

Trump et Clinton se sont partagé l’électorat blanc 58-37 %, contre 59-39 % pour Romney et Obama, selon un sondage sorti des urnes du New York Times. Mais le républicain a écrasé son adversaire chez les « Blancs sans diplôme universitaire », 67 % à 28 %. Cela a joué dans des terres ouvrières, comme à Scranton, en Pennsylvanie, où Clinton a fait 20 % de moins qu’Obama. Plus surprenant, Trump a dominé Clinton 49-45 % chez les électeurs blancs diplômés.

Où sont les femmes et les jeunes ?

La démocrate a fait 1 % de moins chez les femmes qu’Obama (54 % vs 55 %). Trump n’a perdu que 2 % sur Romney. Clinton n’a battu Trump que de 6 % chez les femmes blanches diplômées, une catégorie qui lui semblait promise. Chez les 18-29 ans, elle réalise 5 % de moins qu’Obama et n’a visiblement pas réussi à séduire tous les électeurs de Bernie Sanders.

Les Latinos n’ont pas répudié Trump

Ses propositions sur l’immigration et ses propos incendiaires n’ont pas empêché 29 % des Hispaniques de voter pour lui, soit 2 % de mieux que Romney, ce qui lui a sans doute permis d’arracher la Floride.