Robert Dziekanski, immigré polonais, mort à l'aéroport de Vancouver après avoir reçu deux décharges de Taser
Robert Dziekanski, immigré polonais, mort à l'aéroport de Vancouver après avoir reçu deux décharges de Taser - Capture d'écran de Dailymotion

Une nouvelle vidéo qui pourrait relancer le débat sur l'utilisation controversée du Taser. Un immigré polonais de 40 ans, Robert Dziekanski, est en effet mort le 14 octobre après avoir reçu au moins deux décharges de Taser à l'aéroport de Vancouver, au Canada. Selon la police fédérale canadienne Robert Dziekanski avait dû être maîtrisé après s'être montré très agité dans la zone des arrivées de l'aéroport.

Les images montrent l'homme, effrayé, transpirant, épuisé et se parlant à lui-même en polonais. Il s'agite près d'une porte automatique, qu'il bloque avec des chaises et une table. Puis, il attrape un ordinateur sur un comptoir et le jette au sol, alors que des vigiles se trouvent tout près de lui. «Il parle russe... il faut un interprète russe», dit alors un vigile.

Des hurlements et la mort

Quatre policiers apparaissent alors à l'image. «Ca va monsieur?», dit l'un d'eux. Robert Dziekanski tourne alors le dos aux policiers et semble vouloir s'éloigner. C'est alors que l'un des policiers lui administre une décharge de Taser, qui le fait hurler, tomber à terre et se tordre, avant que les policiers ne le maîtrisent. Quelques secondes plus tard, Robert Dziekanski ne bouge plus.

Ouvrier du bâtiment qui arrivait de Francfort en Allemagne et ne parlait que polonais, il avait pris l'avion pour la première fois de sa vie pour venir s'installer au Canada, où vivait déjà sa mère, Zosia Cisowski, 61 ans. Mais il a attendu sa mère dans la zone de livraison des bagages. Cette dernière n'était pas autorisée à pénétrer dans cette zone sécurisée, et a dû attendre à quelques mètres de là, de l'autre côté d'un mur, sans savoir si son fils était bien arrivé.

Dix heures d'attente à l'aéroport

Robert Dziekanski a attendu dix heures près des bagages sans que «les autorités de l'immigration ou de l'aéroport ne l'interrogent ou ne cherchent à savoir quel était le problème», a indiqué l'avocat de la famille. Entre temps, sa mère avait quitté l'aéroport. Il ne l'a donc pas trouvée, à sa sortie dans la zone des arrivées, 25 heures après être parti de chez lui.

La vidéo a été donnée aux médias par Paul Pritchard, un passager canadien qui se trouvait à l'aéroport au moment des faits. La police lui avait dans un premier temps pris la vidéo, en promettant de la lui rendre, mais elle a ensuite refusé de la restituer, jusqu'à ce qu'il porte plainte.

Ce drame a déclenché un incident diplomatique entre le Canada et la Pologne qui exige des explications complètes. La mort de Robert Dziekanski fait l'objet d'une enquête de la police locale.

Chez Taser France, interrogé par 20minutes.fr, le directeur général, Antoine di Zazzo, dit «attendre les résultats de l'autopsie». Et ne veut pas croire à une responsabilité de l'arme qu'il commercialise. «Si l'homme était mort d'un choc électronique, il serait mort instantanément. Or, dans la vidéo, on voit qu'il bouge longtemps». Selon lui, il serait mort d'étouffement suite à sa chute ou d'une brusque montée de température. D'ailleurs, le Taser «ne provoque aucune douleur». Ce qui n'était pourtant pas l'avis d'un des journalistes de 20 Minutes qui l'avait testé il y a deux ans.



Man dies after being tasered by Canadian police
envoyé par wildmonkeydance

Mots-clés :

  • Aucun mot-clé