Le directeur de l'Alliance française en Russie réapparaît dix jours après sa disparition

JUSTICE Accusé d'actes à caractère sexuel sur sa fille de 5 ans, Yoann Barbereau a donné de ses nouvelles sur Facebook, dix jours après sa disparition... 

C.Q. avec AFP

— 

Photo du directeur de l'Alliance française à Irkoutsk, Yoann Barbereau, datée d'octobre 2013 et fournie par sa famille.

Photo du directeur de l'Alliance française à Irkoutsk, Yoann Barbereau, datée d'octobre 2013 et fournie par sa famille. — FAMILY HANDOUT / AFP

Après dix jours de silence radio, il est réapparu sur les réseaux sociaux. Accusé d’actes à caractère sexuel sur sa fille et assigné à résidence en Russie, le directeur de l’Alliance française à Irkoutsk (Russie), Yoann Barbereau, avait soudain disparu. Il serait en Mongolie.

>> A lire aussi : Un directeur de l'Alliance française en Russie, accusé d'actes pédophiles, a disparu

Dans un courriel adressé vendredi à l’AFP, son père Bernard Barbereau raconte que « le soir du 21 septembre, il a émis deux messages sur Facebook qui nous ont rassurés : il était donc vivant et en sécurité suffisante pour se manifester ainsi publiquement ».

Dans ce message posté sur Facebook - et daté d’Oulan-Bator en Mongolie -, Yoann Barbereau cite le cardinal de Retz, qui en 1654 s’était lui-même échappé du château de Nantes, où il était en résidence surveillée : « Il n’y a rien dans le monde qui n’ait son moment décisif, et le chef-d’œuvre de la bonne conduite est de connaître et de prendre ce moment », écrivait alors le cardinal.

« Yoann a choisi d’emprunter les chemins de la liberté », estime son père, ajoutant : « Convaincu de ne pouvoir échapper à une condamnation aussi lourde qu’injuste, Yoann a fui Irkoutsk le 11 septembre. »

« Yoann est donc sain et sauf et hors de danger », poursuivent ses proches, mais écrivent-ils, « nous ne pouvons rien dire de plus sur l’endroit où il se trouve ni sur la manière dont il a recouvré la liberté ».

« Nous n’avons pas reçu d’autre message de sa part que celui-ci », a assuré au téléphone à l’AFP Bernard Barbereau, qui n’a pu confirmer ni infirmer la présence de son fils en Mongolie.

Originaire de Nantes, Yoann Barbereau, 38 ans, résidait à Irkoutsk depuis 2012. Accusé de s'en être pris à sa fille, il a été arrêté le 11 février 2015 par les autorités russes. Il était jugé à huis clos depuis le mois de mai, encourant jusqu’à vingt ans de prison. La justice lui reproche notamment d’avoir diffusé sur un site de jeunes parents des photos dont l’une où figure sa fille nue, âgée de 5 ans à l’époque. Sa famille affirme que cette photo, prise au sortir de la douche, ne présente « aucun caractère sexuel ».

>> A lire aussi : Dix parlementaires lancent un appel pour sauver le Nantais arrêté en Russie

Sa famille et son comité de soutien affirment que les accusations à son encontre ont été « montées de toutes pièces ». Sa femme et sa fille ont fui la Russie dès mars 2015 et vivent actuellement à Londres. Selon Bernard Barbereau, elles ont été « menacées et harcelées par la police russe ».

Apprenant sa fuite présumée il y a une semaine, son avocat en France, Me Olivier Arnod, avait stigmatisé « l’acharnement de la justice russe qui apparaît être une justice aux ordres, déterminée à le condamner malgré les éléments avérés au dossier qui ont été débattus au cours de l’audience et qui ont permis de montrer que son ordinateur avait été piraté ».

Mots-clés :