Etats-Unis: Un puceron résistant aux pesticides, futur fléau des cultures?

AGRICULTURE Cet insecte, probablement originaire des régions méditerranéennes, a été trouvé pour la première fois dans la nature, en Floride…

20 Minutes avec agences

— 

Illustration d'un épandage de pesticide.

Illustration d'un épandage de pesticide. — SUPERSTOCK / SIPA

Une espèce de puceron porteuse de virus dévastateurs pour les cultures a été trouvée pour la première fois dans la nature, en Floride (Etats-Unis), en avril. Jusqu’à présent, elle avait seulement été repérée dans des serres ou chez des pépiniéristes.

Particularité de ces bestioles, qui constituent une menace directe pour les cultures de tomates, de haricots, de coton ou de melons. « Ce qui les rend vraiment différents, c’est cette résistance aux pesticides » a déclaré Lance Osborne, professeur d’entomologie à l’Université de Floride, précisant que ces pucerons ne pourraient bien ne jamais être éradiqués car « le meilleur traitement (…) tue 90-91 % d’entre eux. »

Un risque pour l’industrie agricole

« Le puceron biotype Q représente un sérieux risque pour l’industrie agricole en Floride, qui représente 120 milliards de dollars, et les deux millions d’emplois qui en dépendent », a déclaré Adam Putman, commissaire pour l’agriculture en Floride.

Les agriculteurs de la région ont été sensibilisés à ce danger et sont encouragés à contrôler leurs plants régulièrement. Ils peuvent aussi envoyer gratuitement des échantillons au laboratoire du ministère américain de l’agriculture pour des analyses.

>> A lire aussi : Exposition aux pesticides: Vivre à la campagne est-il vraiment meilleur pour la santé?

Car ce puceron, probablement originaire des régions méditerranéennes, peut en effet vivre sur 600 sortes de plantes différentes dont 300 sont cultivées en Floride. D’ailleurs, outre Atlantique aussi, le danger est pris très au sérieux. En Europe, où les autorités appellent les agriculteurs à la vigilance, cet insecte « a le potentiel pour devenir un fléau majeur », a ainsi déclaré le ministère de l’Environnement du Royaume-Uni.