Fusillade à Baton Rouge: Après la mort de Trois policiers, Obama dénonce «un acte de lâche»

FAITS DIVERS L'homme qui a tiré sur les policiers «a été abattu et est mort»...

20 Minutes avec AFP

— 

Barack Obama a fermement condamné les attaques.

Barack Obama a fermement condamné les attaques. — Susan Walsh/AP/SIPA

Nouvelle fusillade mortelle contre des policiers ce dimanche aux Etats-Unis à Baton Rouge (Louisiane). Dix jours après l’assassinat de 5 officiers de police à Dallas, trois policiers sont morts et trois autres ont été blessés par balles dans la capitale de la Louisiane, dans des circonstances qui restent confuses.

>> A lire aussi : Ex-marine, le tueur de policiers voulait empêcher «l'extinction» des Noirs

Le tireur « a été abattu et est mort »

L’homme qui a tiré sur les policiers « a été abattu et est mort », a indiqué dans une conférence de presse le chef de la police de l’Etat de Louisiane, le colonel Mike Edmonson, qui n’a donné aucune explication sur les motivations possibles du tireur. L’un des policiers blessés est dans un état critique, selon le responsable policier.

La fusillade s’est produite dans une ville marquée par de fortes tensions raciales et de nombreuses manifestations contre les violences policières, après la mort début juillet d’Alton Sterling, un vendeur ambulant noir abattu par un policier.

Dans un communiqué diffusé par la Maison Blanche, le président Obama a déjà dénoncé un « acte de lâche ». « Pour la deuxième fois en deux semaines, des agents de police, qui mettent leur vie en danger tous les jours pour protéger la nôtre, ont été tués lâchement alors qu’ils faisaient leur travail », a souligné le président. « Ces attaques sur des fonctionnaires, contre l’Etat de droit et une société civilisée, doivent cesser », a-t-il ajouté.

Des riverains d’une station de lavage de voiture ont téléphoné à la police en début de matinée dimanche pour les prévenir qu’un homme armé d’une arme longue et vêtu de noir se trouvait dans les parages. Des coups de feu ont éclaté très vite après l’arrivée des premiers policiers sur place, a expliqué le colonel.

Pour Trump, le pays est « hors de contrôle »

Sur la chaîne de télévision locale WAFB9, le maire de Baton Rouge Kip Holden a appelé au calme, redoutant une nouvelle poussée de tension. « Ne laissons personne définir cette communauté par des actes absurdes de violence », a-t-il déclaré.

« Notre pays est divisé et hors de contrôle », a réagi sur Twitter le candidat républicain à la Maison Blanche Donald Trump. « Nous réclamons la loi et l’ordre », a-t-il ajouté, en référence à l’un de ses slogans de campagne.

Baton Rouge a été le théâtre ces dernières semaines de nombreuses manifestations souvent réprimées de manière très musclées par la police, après la mort d’Alton Sterling.