VIDEO. Turquie: En pleine tentative de coup d’Etat, le président s’exprime sur Facetime

TURQUIE Recep Tayyip Erdogan, plutôt connu pour censurer internet, en a eu besoin cette nuit...

M.C.

— 

Le président turc Recep Tayyip Erdogan s'exprime via Facetime sur CNN Turquie, le 16 juillet 2016.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan s'exprime via Facetime sur CNN Turquie, le 16 juillet 2016. — CNN Turk

Les médias du monde entier n’ont pas manqué de relever l’ironie de la situation. Le président turc Recep Tayyip Erdogan, décrit comme « l’un des censeurs les plus déterminés d’internet », s’est exprimé dans la nuit de vendredi à samedi via le réseau, sur Facetime, pour demander au peuple de le soutenir alors qu’une tentative de coup d’Etat était en cours en Turquie.

>> Suivre la situation en direct

Tandis qu’un groupe de putschistes de l’armée turque affirmait avoir pris le pouvoir dans le pays, où 17 policiers ont été tués à Ankara et où des soldats ont ouvert le feu sur la foule à Istanbul, le président Erdogan est apparu sur CNN Turquie via l’application de chat vidéo d’Apple, sur un iPhone tenu par la présentatrice. Pâle et inquiet, il s’exprimait depuis « un lieu sûr » pour dénoncer un « soulèvement d’une minorité au sein de l’armée » et appeler les Turcs à descendre dans les rues.

>> A lire aussi : Ce que l'on sait pour le moment du coup d'Etat en Turquie

L’accès à Twitter, YouTube et Facebook restreint pendant la nuit

« Le président Recep Tayyip Erdogan a souvent censuré les services internet, mais il en a eu besoin aujourd’hui », relève le site Engadget alors que l’accès à Twitter, YouTube et Facebook était restreint en Turquie pendant la nuit selon l’agence Reuters, sans que l’on sache précisément qui était à l’origine du blocage. L’application Periscope, très populaire en Turquie, tournait elle à plein régime pour montrer en direct la situation aux quatre coins du pays.

Par le passé, le président turc a régulièrement bloqué les réseaux sociaux dans des périodes de crise et d’incertitude politique, Recep Tayyip Erdogan allant jusqu’à déclarer qu’il censurait internet pour le rendre « plus libre ». Cette nuit, il s’en est servi pour chatter et tweeter.