Brexit: Alxit, Groexit, Barxit... Ils ont déjà dit adieu à l'Europe

MONDE La sortie de la Grande-Bretagne n'est pas un cas de rupture (totalement) inédit…

20 Minutes avec AFP

— 

Le drapeau du Groenland sur un bateau de tourisme.

Le drapeau du Groenland sur un bateau de tourisme. — Mint Images / Rex Featu/REX/SIPA

Le tremblement de terre est arrivé. Les Britanniques ont décidé ce vendredi de quitter l'Union européenne. Cette victoire du camp du « leave » (quitter) ouvre la voie à un Brexit et à une longue période d’incertitude dans les relations entre la Grande-Bretagne et l’UE. Une situation exceptionnelle mais pas totalement inédite puisqu’en réalité, le bloc européen a déjà été amputé dans le passé : l’Algérie, le Groenland et la petite île de Saint-Barthélémy ont déjà quitté - volontairement ou pas - l’UE ou les organisations qui l’ont précédée.

>> A lire aussi : Les 5 questions sur la table des négociations en cas de sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne

1962, l’Algérie indépendante quitte de facto la CEE

Département français au moment de la création de la Communauté économique européenne (CEE), l’Algérie est intégrée à cette dernière à ses débuts en 1957. Mais lors de son accession à l’indépendance, en 1962, l’Algérie quitte de facto la CEE.

Toutefois, pendant des années, l’Algérie bénéficie d’une certaine zone grise dans ses relations avec l’Europe, profitant même d’un accès largement illimité au marché européen.

Et ce n’est qu’en 2005 que l’UE et Alger signent un accord d’association pour formaliser leurs relations.

1982, le Groenland autonome vote en faveur d’un « Groxit »

Le Groenland (56.000 habitants), la plus grande île du monde, appartient au Danemark lors de l’adhésion de ce dernier à la CEE en 1973.

Mais une fois obtenue une autonomie étendue auprès de Copenhague, les autorités de Nuuk, la capitale du Groenland, organisent le 23 février 1982 un référendum sur la place du territoire dans la CEE.

Le camp en faveur d’une sortie l’emporte avec 53 % des votes, exploitant un fort ressentiment anti-européen nourri par les problèmes de surpêche perpétrée par les flottes industrielles de la CEE dans les eaux du Groenland.

Le « Groexit » est acté le 1er février 1985. Toutefois, le Groenland fait encore officiellement partie des Pays et Territoires d’Outre-Mer (PTOM) de l’UE et il reste éligible à certains fonds européens selon l’accord de partenariat entre l’UE et le Groenland.

2012, le nouveau PTOM Saint-Barthélemy quitte l’UE

Cette petite île volcanique des Caraïbes a longtemps eu le statut de commune du département français de la Guadeloupe, dont elle n’est séparée que par 250 kilomètres, et appartenait donc pleinement à l’Union européenne.

Le 15 juillet 2007, avec l’île voisine de Saint-Martin, Saint-Barthélemy devient - à la suite d’un changement de loi en France - une collectivité d’Outre-Mer (COM), puis le 1er janvier 2012 elle prend le statut de Pays et Territoire d’Outre-Mer (PTOM).

Elle ne fait donc plus partie de l’UE, contrairement à Saint-Martin. Le Vieux continent se trouve ainsi officiellement rétréci des 25 km² de superficie de cette île.

Toutefois, de nationalité française, les habitants de « Saint-Barth » restent des ressortissants de l’UE et continuent d’ailleurs à utiliser l’euro comme monnaie grâce à des accords spécifiques.