Grande-Bretagne: Le procès du meurtrier présumé de la députée Jo Cox fixé au 14 novembre

MONDE Inculpé d'homicide volontaire, Thomas Mair est actuellement détenu dans la prison de haute sécurité de Belmarsh, au sud-est de Londres…

Claire Planchard

— 

Dessin de Thomas Mair, le meurtrier présumé de la députée britannique Jo Cox, lors de son audition le 18 juin 2016 à Londres.

Dessin de Thomas Mair, le meurtrier présumé de la députée britannique Jo Cox, lors de son audition le 18 juin 2016 à Londres. — Elizabeth Cook/AP/SIPA

Un procès très attendu. La justice britannique a annoncé ce jeudi avoir fixé au 14 novembre la date d’ouverture du procès de Thomas Mair, le meurtrier présumé de la députée pro-UE Jo Cox,sauvagement tuée le 16 juin dans le nord de l’Angleterre.

>> A lire aussi : Meurtre de Jo Cox: Que s'est-il passé? Qui est le suspect? On fait le point

« Mort aux traîtres, liberté pour le Royaume-Uni ».

Détenu dans la prison de haute sécurité de Belmarsh, au sud-est de Londres, Thomas Mair, 52 ans, inculpé d’homicide volontaire, a comparu brièvement par visioconférence dans la matinée devant le tribunal de l’Old Bailey à Londres, ne prenant la parole que pour confirmer son identité.

Le tribunal a indiqué qu’avant son procès, il comparaîtrait à nouveau devant la justice le 19 septembre, puis le 4 octobre, pour choisir s’il plaide coupable ou non.

Lors de sa première comparution, samedi, il avait lancé « Mort aux traîtres, liberté pour le Royaume-Uni ».

Affaire terroriste

Son dossier est traité comme une affaire terroriste, ce qui signifie qu’il est géré par des magistrats chevronnés.

Le meurtre de la députée travailliste une semaine avant le référendum sur l’UE qui avait lieu jeudi au Royaume-Uni, a frappé d’effroi les Britanniques, sans que l’impact sur le vote ne puisse être mesuré.

Mercredi, où elle aurait dû fêter son 42e anniversaire, des hommages lui ont été rendus à Londres mais aussi Paris, Beyrouth, Nairobi et New York.

>> A lire aussi : Hommage mondial à la députée britannique assassinée Jo Cox

 

Mots-clés :

Aucun mot-clé.