Crash du vol EgyptAir: Le signal d'une des deux boîtes noires détecté par un navire français

CRASH Il faudra attendre une semaine pour remonter à la surface les deux enregistreurs de vol…

N.Beu. avec AFP

— 

Un avion américain participe aux recherches pour retrouver des débris du vol EgyptAir, le 22 mai.

Un avion américain participe aux recherches pour retrouver des débris du vol EgyptAir, le 22 mai. — Salvatore Cavalli/AP/SIPA

Le signal détecté est bien celui d’une des deux boîtes noires, a confirmé ce mercredi après-midi le Bureau d’enquêtes et d’analyses français (BEA). Le navire de la Marine française avait indiqué avoir capté dans la matinée « des signaux émanant probablement » d’une des deux boîtes noires du vol Paris-Le Caire d’EgyptAir qui s’est abîmé le 19 mai en Méditerranée avec 66 personnes à bord.

« Le signal d’une balise d’un enregistreur de vol a pu être détecté par les équipements de la société Alseamar déployés sur le bâtiment de la Marine nationale Laplace », a indiqué dans un communiqué le directeur du BEA, Rémi Jouty.

Les boîtes noires, seuls éléments pour comprendre le crash

Il faudra toutefois attendre une semaine avant l’arrivée d’un autre bateau spécialement équipé pour remonter à la surface les deux enregistreurs de vol, a précisé le ministère de l’Aviation civile dans un communiqué. Un navire de la société Deep Ocean Search (DOS), équipé d’un robot permettant de repêcher les enregistreurs par 3.000 mètres, doit rejoindre également la zone du crash présumé vers le 10 juin.

>> A lire aussi : L'hypothèse d'une explosion à bord n'est qu'une «simple supposition»

Seules les analyses des enregistreurs de vol, les « boîtes noires », pourront permettre de connaître précisément les causes du crash qui restent jusqu’à présent inconnues.

L’hypothèse de l’attentat, initialement mise en avant par l’Egypte, a cédé du terrain au profit de celle de l’incident technique : des alertes automatiques avaient été émises par l’appareil deux minutes avant sa chute, signalant de la fumée dans le cockpit et une défaillance de l’ordinateur gérant les commandes.