La plage de Grand Bassam en Côte d'Ivoire victime d'un attentat, le 14 mars 2016
La plage de Grand Bassam en Côte d'Ivoire victime d'un attentat, le 14 mars 2016 - ISSOUF SANOGO / AFP

L'attentat revendiqué par Al-Qaida au Maghreb islamique (Aqmi) avait fait 19 morts. Le conducteur d'un des véhicules ayant servi lors de l'attaque djihadiste du 13 mars à Grand-Bassam, en Côte d'Ivoire, a été arrêté et est en train d'«être interrogé», selon un communiqué des sources sécuritaires ivoiriennes jeudi. 

>> A lire aussi : «Même pas peur», la réponse des artistes ivoiriens aux djihadistes

«Selon les premiers éléments recueillis, il ressort que ce véhicule a déjà été respectivement au Burkina Faso et au Mali aux périodes auxquelles ces pays ont subi des attaques terroristes», indique le communiqué.

83 personnes ont été interpellées

Mi-avril, le ministre ivoirien de l'Intérieur, Hamed Bakayoko, avait déclaré que des personnes ayant des liens avec l'attaque djihadiste étaient «activement recherchées au Mali particulièrement». Le 27 mars, deux Maliens ayant «activement participé» à l'attentat de Bassam avaient été arrêtés à Gossi et Goundam, des localités situées dans le nord du Mali. Ces deux personnes «ont reconnu les faits et ont donné des détails sur la préparation», avait affirmé le ministre.

«Cela nous a permis de démonter leurs cellules dormantes. Aujourd'hui ce sont 83 personnes qui ont été interpellées, dont 16 qui ont un lien direct avec l'attentat. Les autres (ont) des liens plus ou moins apparents, donc on a besoin de faire des vérifications», avait-il annoncé, appelant à «lutter contre la radicalisation des jeunes».

 

Mots-clés :