Canada: Un deuxième site viking aurait été découvert à Terre-Neuve

HISTOIRE Ce deuxième site a été mis au jour à 500 km au sud de l’Anse aux Meadows, premier site où la présence Viking avait été confirmée...

20 Minutes avec agences

— 

Image de la saison 2 de la série Vikings sur Canal+

Image de la saison 2 de la série Vikings sur Canal+ — Bernard Walsh

Jusqu’où les Vikings ont-ils navigué ? La question est relancée après la découverte du possible deuxième site viking d’Amérique, a annoncé une équipe d’archéologues dirigée par l’Américaine Sarah Parcak.

Il a été mis au jour sur la péninsule de Pointe Rosée, au sud-ouest de l’île canadienne de Terre-Neuve, à 500 km au sud de l’Anse aux Meadows, premier site où la présence Viking avait été confirmée.

Des traces de charbon de bois et des résidus de fer transformé

Outre un foyer destiné à une forge, les fouilles, menées en juin dernier, ont permis de découvrir des traces de charbon de bois et neuf kilos de scories, des résidus de fer transformé à partir de tourbe, un procédé bien connu des Vikings.

Grâce à la datation au carbone 14, l’équipe d’archéologues a conclu que le lieu découvert avait été fréquenté entre 800 et 1300, soit lorsque les navigateurs scandinaves sillonaient l’Atlantique Nord.

>> A lire aussi : ADN: Et si les Normands descendaient des Vikings?

Un lieu qui correspond aux usages des Vikings

L’emplacement de Pointe Rosée correspond aux usages des Vikings car « ils avaient besoin d’un endroit accessible facilement depuis la plage et offrant un bon point de vue. Ce lieu est donc situé parfaitement : vous pouvez voir vers le nord, l’ouest et le sud », a déclaré Sarah Parcak au magazine National Geographic.

Cependant, « nous n’en sommes qu’au début des recherches. Jusqu’à présent, aucune preuve ne démontre que ce sont des Vikings qui ont fréquenté ce lieu », a nuancé Shannon Lewis-Simpson, archéologue à l’Université Memorial de Terre-Neuve, rappelant qu’il a fallu huit années de fouilles pour tirer les conclusions sur l’Anse aux Meadows.

 

 

 

Mots-clés :