Léopold Hecht avait 20 ans.
Léopold Hecht avait 20 ans. - Facebook

«Nous savons que c'est la décision qu'il aurait souhaité qu'on prenne pour lui», explique la mère de Léopold Hecht, qui s'est éteint mercredi des suites de ses blessures, à l'âge de 20 ans. Confrontée à la douleur, la famille de cet étudiant belge, gravement touché par l'attentat-suicide commis mardi matin contre le métro, dans la station de Maelbeek au coeur du quartier européen de Bruxelles, a décidé de faire don de ses organes, dans l'espoir que cela «sauvera une vie ou aidera une personne».

>> A lire aussi : Portraits des victimes des attentats de Bruxelles

 Dans La Libre Belgique , la mère de Léopold Hecht précise que la décision a été prise après «de nombreuses discussions en famille». «Cela faisait pleinement partie de ses valeurs. Nous avons pris cette décision dans la nuit de mardi à mercredi. Nous espérons que son don d'organes sauvera une vie ou aidera une personne.»

«Il était convaincu que seuls les mots pouvaient faire face à l'obscurantisme»

Léopold Hecht, qui étudiait le droit à l'Université Saint-Louis de Bruxelles, était «un bon étudiant, toujours présent au premier rang de l'auditoire», raconte un camarade de promotion, Naji Masri. «Il commentait des articles juridiques dans la revue de St-Louis et aidait beaucoup les autres étudiants».

«C'était un intellectuel, il était convaincu que seuls les mots pouvaient faire face à l'obscurantisme. Dans le même esprit, nous ne sommes pas en colère, nous n'en voulons à personne», témoigne sa mère. Des étudiants ont improvisé mercredi un mémorial à l'entrée de l'université, allumant des bougies et laissant des petits mots ainsi que des fleurs en hommage à la victime.

Mots-clés :