Mason Wells, 19 ans, est l'un des trois missionnaires mormons à avoir été bléssé à l'aéroport de Bruxelles.
Mason Wells, 19 ans, est l'un des trois missionnaires mormons à avoir été bléssé à l'aéroport de Bruxelles. - Capture d'écran / BBC News

« C’est sa troisième attaque terroriste », raconte l’Américain Chad Wells, aux journalistes d’ABC News. Ce père de famille, que la chaîne américaine a rencontré, au même titre que la BBC, parle de son fils, Mason, 19 ans, présent dans le hall de l’aéroport Zaventem de Bruxelles lorsque des bombes y ont explosé. l’aéroport Zaventem de Bruxelles lorsque des bombes y ont explosé

Sa mère courait le marathon de Boston

Mason est l’un des trois missionnaires mormons à avoir été blessés lors de cet attentat. Ils accompagnaient à l’aéroport Fanny Rachel Clain, 20 ans, une consœur française se rendant en mission en Ohio. Le jeune homme s’en est sorti avec une rupture du tendon d’Achille et plusieurs brûlures à des degrés divers au visage et aux mains.

Le 15 avril 2013, Mason Wells était aussi sur Boylston street, avec son père, à attendre Kimberly, sa sportive de mère, à deux pas de la ligne d’arrivée du marathon de Boston. Les bombes déposées par les frères Tsarnaev « les ont secoués, raconte Kimberly. Chad a ensuite mis Mason en sécurité dans notre hôtel. Mason était très calme, très posé. »

« Un costaud » assure son père

En 2015, le jeune Américain était aussi en France (ses parents ne précisent pas où) lors des attaques terroristes et lors de la traque qui a suivi. « Mason nous assurait fréquemment qu’il était en sécurité, raconte Kimberly Wells. (…) Je lui avais prié d’être très prudent et d’observer les gens autour de lui. »

Chad et Kimberly ont pu parler à leur fils depuis l’attentat de mardi matin. « Il nous a dit avoir été très proche des terroristes au moment de l’explosion. C’est un miracle qu’il soit encore en vie », poursuit Chad. Mais le couple est confiant sur la capacité de Mason à se rétablir totalement. « C’est un costaud, assure son père. Je pense que l’expérience de Boston l’a aidé à rester calme. »

Mots-clés :