Le lieu de l'attentat-suicide qui a frappé Ankara, en Turquie, le 13 mars 2016.
Le lieu de l'attentat-suicide qui a frappé Ankara, en Turquie, le 13 mars 2016. - Mustafa Kaya/XINHUA/SIPA

Recep Tayyip Erdogan n’a pas mâché ses mots. Le président turc islamo-conservateur a mis en doute lundi la « sincérité » des pays de l’Union européenne dans le combat contre les rebelles du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK).

Le président turc a également dénoncé leur « hypocrisie » en la matière.

Une sincérité mise en doute

« Comment peut-on parler de sincérité lorsque l’organisation terroriste (PKK) peut dresser une tente à Bruxelles, en face du bâtiment du Conseil européen », a interrogé Recep Erdogan lors d’un discours public à Istanbul, après qu’un groupe rebelle kurde eut revendiqué un récent attentat meurtrier à Ankara.

La Turquie a convoqué dimanche l’ambassadeur de Belgique à Ankara pour protester contre l’installation, près du siège de la Commission européenne, d’une tente par des sympathisants du PKK.

>> A lire aussi : Après l'attentat à Ankara, la Turquie bombarde le PKK en Irak

Ce samedi, un « kamikaze » s’est fait exploser sur la grande rue piétonne et commerçante d’Istiklal, en plein cœur d’Istanbul, faisant quatre morts et vingt blessés, dont trois grièvement.

Selon le dernier bilan turc, trois Israéliens, dont deux ayant également la nationalité américaine, et un Iranien ont trouvé la mort et 39 autres personnes, dont 24 étrangers, ont été blessées par la déflagration

La piste djihadiste privilégiée

L’attentat n’a pas été immédiatement revendiqué mais les soupçons des enquêteurs se portent sur un Turc de 33 ans, Savas Yildiz, présenté comme un membre d’une cellule turque de l’organisation de l’Etat islamique, a rapporté la presse proche du gouvernement islamo-conservateur turc.

Un groupe radical proche des rebelles du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), les Faucons de la liberté du Kurdistan (TAK), a revendiqué jeudi 17 mars l’attentat à la voiture piégée qui a fait 35 morts dimanche à Ankara. La Turquie aurait donc visé juste en accusant les Kurdes.

« Le 13 mars au soir, une attaque suicide a été menée à 18 h 45 dans les rues de la capitale de la république turque fasciste. Nous revendiquons cette attaque », a précisé ce groupe dans une déclaration publiée sur son site Internet, affirmant qu’elle constitue une riposte aux opérations sécuritaires menées par les forces turques dans le sud-est à dominante kurde de la Turquie.

Mots-clés :