Plusieurs milliers de personnes sont descendues dans les rues de Sao Paulo pour protester contre Dilma Rousseff et Lula.
Plusieurs milliers de personnes sont descendues dans les rues de Sao Paulo pour protester contre Dilma Rousseff et Lula. - Ricardo Nogueira /SIPA

Dilma Rousseff, la présidente brésilienne, va-t-elle être emportée par la tempête politique dans laquelle elle est embourbée ? 

Ce jeudi, les députés brésiliens ont donné à Brasilia le coup d'envoi de la procédure destitution de la présidente de gauche, lancée en décembre.

Les parlementaires ont élu une Commission spéciale de 65 députés, chargée de soumettre à l'assemblée plénière du Congrès des députés un rapport préconisant ou non la poursuite de la procédure contre la présidente, accusée par l'opposition de maquillage des comptes publics en 2014, l'année de sa réélection, et début 2015.

Une écoute téléphonique embarassante

La présidente doit également faire face à la grogne populaire alors qu'une écoute téléphonique très embarrassante entre elle et  l’ex-président Lula, mis en cause dans un scandale de corruption, a été divulguée par le juge chargé de l'affaire mercredi soir.

La présidente brésilienne Dilma Rousseff, accompagnée de Lula.
La présidente brésilienne Dilma Rousseff, accompagnée de Lula. - Nelson Antoine/AP/SIPA

Dans cet enregistrement effectué dans la matinée par la police judiciaire, la présidente appelle Lula sur son téléphone sur écoute pour lui dire qu’elle va lui faire parvenir son « décret officiel » de nomination afin qu’il puisse « s’en servir en cas de nécessité ». Elle suggère ainsi que la nomination de l’ex-président Lula au gouvernement avait pour objectif de lui éviter la prison.

>> A lire aussi : Inquiété par la justice, Lula de retour au pouvoir ?

Cette théorie avait été avancée par la presse brésilienne en début de semaine.

Mots-clés :