Angelina Jolie, ambassadeur de bonne volonté du Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés, a rencontré le 16 mars 2016 des réfugiés au Pirée et dans un camp à Athènes.
Angelina Jolie, ambassadeur de bonne volonté du Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés, a rencontré le 16 mars 2016 des réfugiés au Pirée et dans un camp à Athènes. - LOUISA GOULIAMAKI / AFP

Ambassadeur de bonne volonté du Haut-Commissariat de l’ONU pour les réfugiés (UNHCR), l’actrice américaine Angelina Jolie a rencontré ce mercredi des réfugiés au Pirée, où s’entassent plus de 4.000 migrants, puis dans un camp à Athènes, avant d’être reçue par le Premier ministre Alexis Tsipras.

« Je suis là pour renforcer les efforts du HCR et du gouvernement grec et accélérer les moyens pour faire face à cette crise humanitaire qui est en train de s’aggraver », a déclaré l’actrice de 40 ans, dans un communiqué publié par le HCR.

Cheveux attachés en queue du cheval et sobrement vêtue de noir, pantalon serré et tee-shirt à col rond, la star, accompagnée de responsables du HCR, est arrivée vers midi (11h, heure française) au terminal 1 du Pirée, où le HCR dispose d’un préfabriqué installé depuis le début de la crise migratoire.

« Skopje, ouvrez les frontières »

Elle a discuté pendant une demi-heure à l’intérieur de ce local, avec le personnel onusien et quelques réfugiés surtout syriens et irakiens, qui arrivent quotidiennement au Pirée en provenance des îles grecques, principale porte d’entrée des réfugiés en Europe, ou qui y reviennent après avoir tenté leur chance en vain à la frontière nord à Idomeni. L’actrice n’a fait aucune déclaration à la presse, très présente.

A sa sortie, des dizaines de réfugiés rassemblés l’ont saluée et scandé, à destination de la Macédoine, « Skopje open the borders » (Skopje, ouvrez les frontières).

« J’espère que la présence d’Angelina Jolie pourra faire quelque chose pour faire ouvrir la frontière, ça fait un mois que je suis arrivée en Grèce et j’attends toujours de traverser la frontière et d’aller en Allemagne », a déclaré Bichal, une Syrienne de 23 ans originaire d’Alep.

Rencontre avec Alexis Tsipras

La Macédoine, voisine de la Grèce, a complètement fermé sa frontière depuis le 7 mars, provoquant le blocage en Grèce de milliers de réfugiés qui souhaitent rejoindre l’Europe du nord.

Après Le Pirée, Angelina Jolie a visité le centre d’accueil d’Eleonas, dans un quartier près du centre d’Athènes où sont provisoirement logés dans des préfabriqués surtout des réfugiés afghans. Elle est restée quelques minutes dans une salle aménagée pour des enfants, avant de rencontrer des familles. Des centaines de réfugiés la suivaient lors de sa visite, étonnés par sa présence à leurs côtés.

Toujours toute de noir vêtue, mais cette fois en robe longue, elle s’est rendue en fin d’après-midi chez Alexis Tsipras, qui l’a remerciée de « mettre en lumière le problème migratoire » et les « plus de 30.000 personnes piégées » en Grèce continentale, outre les près de 10.000 sur les îles situées face à la Turquie, à cause de la fermeture de la frontière des Balkans.

Visite prolongée ?

Il est prévu que la visite en Grèce de l’actrice se prolonge jeudi. Son programme reste un mystère. Il ne semble pas exclu cependant qu’elle se rende dans le nord du pays, où la situation est très tendue.

De nombreuses personnalités ont visité ces derniers mois des camps de réfugiés en Grèce, surtout à Lesbos, notamment l’actrice américaine engagée Susan Sarandon fin décembre et l’artiste dissident chinois Ai Weiwei, qui y a installé un atelier.

>> A lire aussi : L'artiste Ai Weiwei est parti à la rencontre des migrants en Grèce

Avant son arrivée en Grèce, Angelina Jolie, qui défend la cause des réfugiés, avait déjà rencontré des Syriens dans des camps au Liban.

Mots-clés :