Illustration: drapeau du Canada.
Illustration: drapeau du Canada. - Pierre Roussel/NEWSCOM/SIPA

Deux militaires ont été poignardés dans un centre de recrutement de l’armée canadienne de Toronto. L’auteur de l’attaque a été maîtrisé et placé en garde à vue.

Le suspect, maîtrisé et placé en garde à vue, a dit avoir agi sur ordre d’Allah, ont précisé les autorités.

Aucune appartenance à un groupe ?

Ces dernières n’ont aucune preuve de son appartenance à un groupe ou à une organisation.

L’homme identifié comme étant, Ayanle Hassan Ali, âgé de 27 ans, est entré vers 15h30 locale (19h30 GMT) dans un bâtiment administratif fédéral puis s’est dirigé vers le bureau d’accueil du centre de recrutement des forces armées canadiennes, a raconté le chef de la police de Toronto, Mark Saunders.

Un autre soldat touché

Il a alors brandi un couteau puis a blessé le soldat de permanence au comptoir d’accueil avant de se diriger vers d’autres membres du personnel en tenue qui ont réussi à maîtriser le suspect qui a touché un autre soldat.

« Grâce à leur entraînement, les membres des forces armées ont été en mesure de maîtriser l’individu », a expliqué Mark Saunders lors d’une conférence de presse lundi en soirée.

« Je peux vous assurer que s’ils n’avaient pas réagi, les conséquences auraient été bien plus sérieuses, et assurément bien plus graves », a-t-il ajouté.

Des motivations floues

La gendarmerie royale du Canada (GRC, police fédérale) assistée du Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS) ont été saisis de l’enquête, laissant supposer un lien avec une menace pour la sécurité nationale.

« Nous n’avons pas à ce stade une compréhension claire des motivations d’un tel acte », a ajouté Mark Saunders et le suspect a été hospitalisé pour vérifier son état mental avant d’aller plus avant dans l’enquête.

 

Mots-clés :