Bernard Cazeneuve à l'université George Washington dans la capitale américaine, le 11 mars 2016.
Bernard Cazeneuve à l'université George Washington dans la capitale américaine, le 11 mars 2016. - Jim Watson / AFP

«Je comprends parfaitement la préoccupation de l'administration américaine et  je la fais mienne». Bernard Cazeneuve a apporté son soutien vendredi aux autorités américaines qui demandent à Apple de l'aider à déverrouiller l'iPhone crypté de l'un des auteurs de la tuerie de San Bernardino, lors d'une intervention sur la lutte anti-terrorisme à l'université George Washington.

>> A lire aussi : Pour Edward Snowden, le FBI incapable de déverrouiller un iPhone, c'est des «conneries»

Le ministre français de l'Intérieur a toutefois espéré qu'une solution négociée pourrait être trouvée avec les grands du secteur. «Je ne pense pas qu'il faille engager un bras de fer» avec Apple et les autres entreprises proposant des services cryptés, car elles ont de toutes façons «intérêt à être nos partenaires», a-t-il dit.

« Ils nous diront "mais qu'avez-vous fait pour nous protéger?"»

«L'écosystème du numérique, c'est la démocratie. Si la démocratie n'est pas capable de se défendre elle-même» contre des terroristes, «l'écosystème s'effondre», a-t-il ajouté. Il a estimé qu’ « il faut impérativement trouver des procédures sous le contrôle de l'autorité du juge» pour que des enquêteurs puissent avoir accès à des contenus cryptés. «Les citoyens qui nous disent aujourd'hui "privacy" (respect de la vie privée), "freedom" (liberté), nous diront "mais qu'avez-vous fait pour nous protéger?"» en cas de nouvelles attaques, a-t-il averti.

>> A lire aussi : Tout comprendre à la guerre entre Apple et le FBI sur la protection des données

Bernard Cazeneuve doit rencontrer vendredi à Washington la conseillère à la sécurité intérieure du président Barack Obama, Lisa Monaco, et le ministre de la Sécurité intérieure, Jeh Johnson. Il doit également se rendre à New York pour rencontrer la police de la ville, où il doit évoquer la question de la «résilience» de grandes villes frappées par des attentats de grande ampleur, selon son entourage.

Mots-clés :