Journée internationale des femmes: Pour Erdogan, "la femme est avant tout une mère"

TURQUIE Pour le président islamo-conservateur, la femme a une place bien définie, et elle se situe à la maison…

20 Minutes avec AFP

— 

Le président Erdogan s'est à nouveau illustré par ses propos misogynes.

Le président Erdogan s'est à nouveau illustré par ses propos misogynes. — Murat Cetinmuhurdar/AP/SIPA

En cette Journée internationale des droits des femmes, il y en a toujours un pour aller à contre-courant. Et cette fois c’est le président turc Recep Tayyip Erdogan qui s’est illustré. Lors d’un discours à Ankara, il a assuré ce mardi que « la femme est avant tout une mère ». Une vision machiste et déterministe assumée par cet islamo-conservateur.

L’homme fort de Turquie, qui dirige le pays depuis 2002, s’est également insurgé contre le système capitaliste, qu’il a accusé d'« asservir » les femmes pour des raisons économiques pour mieux souligné la nécessité de « la sauvegarde de la famille ». « Vous ne pouvez libérer les femmes en détruisant la notion de famille », a-t-il ajouté.

L’égalité homme-femme « contre-nature »

Ce n’est malheureusement pas une première pour Erdogan qui s’illustre régulièrement par ses sorties polémiques sur les femmes. Il avait notamment assuré que les féministes n’avaient « rien à faire avec notre religion et notre civilisation » et que l’égalité homme-femme était « contre nature ». Il a également milité, avec son épouse et ses deux filles voilées, contre l’avortement décrit comme un « crime contre l’Humanité ».

L’opposition et les mouvements féministes turcs reprochent ainsi au pouvoir en place d’entretenir les violences contre les femmes avec des préjugés religieux. Le nombre de cas des violences faites aux femmes est en forte augmentation en Turquie. Deux femmes y sont assassinées en moyenne chaque jour.

>> A lire aussi: Plus douées à l'école, mais toujours moins bien payées