Cologne (Allemagne), le 11 janvier. Des Allemands passent devant la gare de Cologne où une vague d'agressions à eu lieu la nuit du Nouvel An.
Cologne (Allemagne), le 11 janvier. Des Allemands passent devant la gare de Cologne où une vague d'agressions à eu lieu la nuit du Nouvel An. - PATRIK STOLLARZ / AFP

Un Marocain et un Tunisien ont été condamnés mercredi à Cologne à des peines de prison avec sursis pour vol, premières décisions de la justice allemande après les agressions notamment sexuelles commises lors du Nouvel An, et attribuées à des migrants.

>> A lire aussi : Cologne: Des réfugiées auraient subi des agressions sexuelles

Le tribunal a infligé au premier, âgé de 23 ans, six mois de prison avec sursis et 100 euros d'amende pour avoir dérobé un téléphone portable, puis a condamné le deuxième, âgé de 22 ans, à trois mois de prison avec sursis pour le vol d'un appareil photo. Un troisième prévenu, Marocain de 18 ans jugé en tant que mineur pour le même vol d'appareil photo, a été condamné à une mise à l'épreuve de deux ans pendant laquelle il ne devra commettre aucun autre délit, sous peine de sanction aggravée.

«La plupart des agresseurs sexuels ne seront sans doute jamais interpellés»

Mais aucune de ces affaires ne concerne les délits sexuels commis lors de cette nuit cauchemardesque où des centaines de femmes ont été agressées par des hommes souvent éméchés et présentés par les autorités comme étant des migrants majoritairement originaires d'Afrique du Nord.

>> A lire aussi : Cologne: 66 plaintes pour insultes et agressions sexuelles déposées après le carnaval

Le dirigeant de la police de Cologne, Jürgen Mathies, a précisé à la BBC que la plupart des agresseurs sexuels ne seraient sans doute jamais interpellés étant donné la piètre qualité des images de vidéo-surveillance prises ce soir-là. Le manque de témoignages fiables de témoins rend également le travail d'identification particulièrement laborieux.«Nous pouvons voir certains vols mais c'est tout», a-t-il expliqué. «Nous nous en remettons à des récits de témoins et de victimes identifiant leurs assaillants».

Mots-clés :