Donald Trump au téléphone en Caroline du Sud, le 18 février 2016.
Donald Trump au téléphone en Caroline du Sud, le 18 février 2016. - Matt Rourke/AP/SIPA

C’est ce que l’on appelle un léger couac de communication. Donald Trump a appelé vendredi au boycott d’Apple jusqu’à ce que le fabricant débloque l’iPhone de l’un des auteurs de l’attentat de San Bernardino en décembre… avant d’envoyer des tweets depuis un iPhone.

Donald Trump appelle au boycott d’Apple (à partir de 00:51)

>> A lire aussi : Donald Trump considéré comme le candidat le plus « débile »

« Apple doit donner la sécurité de ce téléphone », a lancé l’homme d’affaires et candidat aux primaires républicaines pour la Maison Blanche vendredi lors d’une réunion publique à Pawleys Island, en Caroline du Sud. « Je pense que ce que vous devez faire est boycotter Apple jusqu’à ce qu’ils donnent ce numéro de sécurité. Je viens d’y penser », a-t-il lancé. « En plus, le téléphone n’appartient même pas à ce jeune voyou qui a tué tous ces gens. Le téléphone appartient aux autorités ». Il a soupçonné à haute voix Tim Cook, le patron d’Apple, « de vouloir montrer à quel point il est progressiste ».

« Il est temps de devenir ferme et intelligent »

Mais il n’a pas échappé aux internautes les plus observateurs que des tweets envoyés après cette charge contre Apple depuis le compte Twitter officiel du milliardaire (mais sans doute par des conseillers en communication) l’ont été… depuis un iPhone. Il suffit, pour le vérifier, d’utiliser l’application Tweetdeck de Twitter.

Source : WSJ

Ou de consulter les métadonnées du tweet :

Après cette communication pour le moins confuse Donald Trump a expliqué sur Twitter (depuis un client web, cette fois) qu’il utilisait des produits Apple et Samsung. « Si Apple ne donne pas les infos aux autorités sur les terroristes, je n’utiliserai que le Samsung jusqu’à ce qu’ils donnent les infos », a-t-il écrit. « J’espère que d’autres feront de même. Notre pays a besoin et doit exiger de la sécurité. Il est temps de devenir ferme et intelligent ! » Pour ses derniers tweets, le candidat a finalement opté pour un appareil sous Android.

Lors de son meeting, en vue de la primaire de Caroline du Sud, Donald Trump a également profité de la polémique pour appuyer un de ses thèmes de campagne, en réclamant qu’Apple rapatrie tous ses emplois aux Etats-Unis. « Je veux être témoin du jour où Apple fabriquera ses produits sur notre sol », a lancé le candidat, sous un tonnerre d’applaudissements. « Nous allons ramener nos emplois dans ce pays », a-t-il clamé pour appuyer son propos anti-délocalisation.

Mots-clés :