Des étudiants de l'université du Texas, à Austin, opposés à la légalisation du port d'arme en classe.
Des étudiants de l'université du Texas, à Austin, opposés à la légalisation du port d'arme en classe. - R.BARRERA/AP/SIPA

Les manifestations et les menaces de démission n’auront donc rien changé. Mercredi, L’université du Texas, à Austin, a autorisé à contrecœur mercredi ses étudiants à porter une arme en classe, se pliant à un projet de loi adopté par les parlementaires locaux.

« Je ne pense pas que les pistolets ont leur place sur un campus universitaire, donc cette décision a été le plus grand problème de ma présidence à ce jour », a déploré Gregory Fenves, le président de l’université. « Je compatis avec les nombreux membres de la faculté, membres du personnel, étudiants et parents d’étudiants qui ont signé des pétitions, envoyé des courriels et des lettres, et qui se sont organisés pour interdire les armes du campus et plus particulièrement des salles de classe », a-t-il insisté. Si son opposition peut surprendre, il faut savoir qu'Austin est un îlot libéral au milieu d'un Etat conservateur.

1 % des étudiants ont un permis

Selon le président, environ 1 % des 50.000 étudiants – soit 500 personnes – ont un permis pour porter une arme dissimulée en public. Il rappelle que la loi ne s’applique pas aux dortoirs et aux fraternités, dans lesquels les armes doivent être conservées dans un coffre. Dans les salles de classe, les pistolets doivent être dans un étui bloquant la gâchette et les balles doivent être dans le chargeur, pas dans la chambre, afin d’éviter les accidents

Les parlementaires de l’Etat conservateur ont cédé en août aux sirènes des lobbyistes pro-armes, convaincus qu’une récente série de fusillades dans des établissements scolaires américains aurait pu être évitée si les étudiants pouvaient répliquer avec des armes. Ils ont donc validé un projet de loi qui revient sur l’interdiction des armes sur les campus universitaires publics.

Mots-clés :