Des policiers près de la gare de Cologne, le 16 janvier 2016 en Allemagne, où des femmes ont été agressées par des hommes en bandes pendant la nuit du Nouvel An.
Des policiers près de la gare de Cologne, le 16 janvier 2016 en Allemagne, où des femmes ont été agressées par des hommes en bandes pendant la nuit du Nouvel An. - PATRIK STOLLARZ AFP

L’enquête sur les violences commises à Cologne dans la soirée du 31 décembre dernier se poursuit. Plus de 500 femmes avaient déclaré avoir été agressées dans les rues de la cité allemande par des groupes d’hommes d’origine étrangère.

73 personnes mises en examen

Les derniers chiffres communiqués par le procureur allemand sont édifiants. 1.088 plaintes ont été enregistrées par la police, dont 470 agressions sexuelles, et 618 plaintes pour vols, coups et blessures. Au total, 73 personnes ont été mises en examen. Parmi eux, le parquet a pu identifier 30 Marocains, 27 Algériens, 3 Tunisiens, un Libyen, un Iranien, 4 Irakiens, un Monténégrin, trois Syriens et trois Allemands.

>> A lire aussi : Les suspects des agressions à Cologne pour la quasi-totalité d’origine étrangère

Sur les 73 prévenus, 12 sont soupçonnés d’agression sexuelle, 15 sont en détention provisoire, dont un seul pour le motif d’agression sexuelle. « Cela peut paraître peu, mais il faut comprendre qu’il est plus facile de rassembler des preuves pour un vol que pour une agression sexuelle », explique le procureur.

Une enquête considérable

Près de 130 fonctionnaires sont actuellement affectés à l’enquête sur les agressions du Nouvel An, ainsi que quatre procureurs généraux. La police dispose pour son enquête de 300 récits de témoins et d’un stock de 868 heures de vidéos. La plus grande partie de ce matériel n’a toutefois pas encore été analysée. « L’enquête va encore prendre des mois », estime le procureur.

>> A lire aussi : 66 plaintes pour insultes et agressions sexuelles déposées après le carnaval à Cologne

Mots-clés :