Jens Stoltenberg à Bruxelles, le 28 janvier 2016
Jens Stoltenberg à Bruxelles, le 28 janvier 2016 - EMMANUEL DUNAND AFP

L’Otan a entendu l’appel de plusieurs pays méditerranéens, dont la Grèce. Le secrétaire général de l’alliance atlantique, Jens Stoltenberg, a annoncé jeudi qu’un groupement naval allié sous commandement allemand allait se rendre « sans tarder » en mer Egée pour « aider à lutter contre le trafic humain » des passeurs de migrants.

Le commandant des forces alliées en Europe, le général américain Philip Breedlove, « est en ce moment en train d’ordonner au groupement naval permanent (…) de se rendre en mer Egée sans tarder et d’y débuter des activités de surveillance », a déclaré Jens Stoltenberg en présentant la mission navale qui doit faire face à la crise migratoire, à laquelle l’Alliance a donné son accord de principe jeudi.

Partage des informations avec les garde-côtes

Une telle opération de surveillance frontalière en mer est une première pour cette organisation militaire défensive, qui avait jusqu’à présent refusé de s’impliquer directement dans la pire crise migratoire en Europe depuis 1945. La mission doit toutefois être encore formellement mise sur pied, a souligné le porte-parole. Reste aussi à établir les procédures pour le partage d’informations avec les garde-côtes grecs et turcs, ainsi qu’avec l’agence européenne Frontex. Mais « il ne s’agit pas d’arrêter ou de repousser des bateaux de réfugiés », a assuré le secrétaire général de l’Otan.

La mission fournira « des informations et une surveillance essentielle pour aider à lutter contre le trafic d’humains et les réseaux criminels, en coopération avec les garde-côtes nationaux et l’Union européenne », a-t-il expliqué. Le secrétaire américain à la Défense, Ashton Carter, a souligné « la nécessité pour l’Otan d’agir rapidement car des vies humaines sont en jeu ».

Plus de 400 migrants ont péri depuis le 1er janvier en mer Egée. En 2015, plus d’un million de personnes sont arrivées en Europe, un record absolu depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Mots-clés :