La base aérienne de Minnigh, en Syrie, le 11 janvier 2013
La base aérienne de Minnigh, en Syrie, le 11 janvier 2013 - ZAC BAILLIE AFP

Les forces kurdes, soutenues par des groupes arabes rebelles, se sont emparées mercredi dans la province d'Alep (nord de la Syrie) d'une base aérienne stratégique qui était contrôlée par des islamistes, a annoncé une ONG.

Les Unités de protection du peuple (YPG) kurdes et leurs alliés arabes ont chassé les combattants islamistes et d'autres rebelles de la base aérienne et de la ville de Minnigh, situées au nord de la grande ville d'Alep, a déclaré à l'AFP à Beyrouth l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), une organisation non gouvernementale.

Ce succès est intervenu après plusieurs jours de durs combats au cours desquels les YPG ont avancé vers l'est à partir du bastion kurde d'Afrin et se sont emparées d'une série de villages avant d'atteindre Minnigh.

«Avec leur défaite à Minnigh, les combattants islamistes ont perdu le seul aérodrome militaire qu'ils tenaient dans la province d'Alep», a déclaré le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane.

«L'aérodrome de Minnigh se trouve entre deux routes importantes qui mènent de la ville d'Alep à Azaz», dans le nord, et le fait de le contrôler donne aux forces kurdes une base de départ pour de nouvelles offensives contre les jihadistes plus loin en direction de l'est, a souligné Rami Abel Rahmane.

Les forces gouvernementales syriennes avaient perdu le contrôle de la base aérienne de Minnigh en août 2013, deux ans après le début du conflit en Syrie.

Les rebelles et jihadistes font face à la fois aux forces kurdes venant de l'ouest et à celles du gouvernement syrien qui ont lancé une offensive dans la province d'Alep avec le soutien de l'aviation russe.

Plus de 500 personnes ont été tuées depuis le début de cette offensive des forces gouvernementales le 1er février, selon l'OSDH.

Les YPG kurdes affrontent régulièrement des groupes islamistes et jihadistes dans le nord de la Syrie, mais leur front le plus actif se situe plus à l'est, contre l'organisation jihadiste Etat islamique (EI), qui contrôle d'importants territoires en Syrie et en Irak.

Des groupes rebelles arabes accusent les combattants kurdes de procéder au «nettoyage ethnique» de localités pour créer des territoires kurdes autonomes en Syrie. Cette accusation est fermement rejetée par les YPG.

Plus de 260.000 personnes ont été tuées et des millions ont été déplacées depuis le début du conflit en Syrie en 2011.

Mots-clés :

  • Aucun mot-clé