Une tortune marine atteinte d'une tumeur au bloc opératoire du "Turtle hospital" à Marathon, en Floride, le 14 janvier 2016
Une tortune marine atteinte d'une tumeur au bloc opératoire du "Turtle hospital" à Marathon, en Floride, le 14 janvier 2016 - Pablo Cozzaglio AFP

C’est le plus vieil établissement de secours et de soins aux Etats-Unis. Ouvert depuis 1986, le Turtle Hospital (hôpital pour tortues), situé en Floride, tente aujourd’hui de faire face à l’explosion du nombre de tortues marines atteintes de tumeurs. L’an dernier, 173 tortues y ont été soignées, souligne Bette Zirkelbach, la responsable de l’établissement, qui connaît une affluence sans précédent.

Six à huit opérations par semaine

« Quand j’ai commencé ici il y a 20 ans, je faisais six à huit de ces (opérations) par mois », se souvient le vétérinaire Doug Mader. « Désormais, nous en pratiquons six à huit par semaine. »

Plusieurs opérations peuvent être nécessaires pour chaque tortue, afin de retirer toutes les tumeurs qui recouvrent leur nuque, leur bas-ventre et leurs yeux, les aveuglant et rendant délicate leur recherche de nourriture.

Les causes environnementales pointées du doigt 

La cause de ce fléau ? Les spécialistes peinent encore à la déterminer, même si certaines études pointent du doigt les déchets agricoles, la pollution ou encore le réchauffement climatique.

« J’ai ce sentiment terrible qu’à mesure que les océans se réchauffent, nous allons constater de plus en plus de maladies », déplore Doug Mader, dont l’équipe de 18 personnes peut être dépêchée à tout moment pour secourir des tortues blessées.

Un service qui fonctionne grâce aux touristes

Généralement, après avoir passé un an dans les piscines de l’hôpital et une fois débarrassées de leur tumeur, les animaux sont relâchés.

Le service fonctionne grâce à l’argent des touristes qui, pour 22 dollars, peuvent visiter le Turtle Hospital et assister, derrière une large fenêtre vitrée, à une opération de tortue. L’an dernier, l’hôpital a ainsi accueilli pas moins de 75.000 personnes, permettant de financer entièrement son coût de fonctionnement annuel d’1,5 million de dollars.

Mots-clés :