Le ministre de la Défense saoudien Mohamed bin Salman (G) discute avec le prince du royaume et ministre de l'Intérieur Mohammed bin Nayef, le 9 décembre 2015 à Ryad
Le ministre de la Défense saoudien Mohamed bin Salman (G) discute avec le prince du royaume et ministre de l'Intérieur Mohammed bin Nayef, le 9 décembre 2015 à Ryad - FAYEZ NURELDINE AFP

La crainte de voir les rebelles syriens écrasés par le régime de Bachar al-Assad et son allié russe pourrait pousser l'Arabie saoudite à envoyer un nombre limité de troupes en Syrie, notamment des forces spéciales, estiment des experts.

Cette intervention se ferait en coordination avec la Turquie, autre soutien de l'opposition syrienne, estiment ces spécialistes même si la nature de l'implication turque reste difficile à prédire.

Ryad s'est dit jeudi prêt à envoyer des soldats si la coalition antijihadistes menée par Washington décidait d'une opération terrestre, une annonce saluée par les Etats-Unis.

La monarchie saoudienne s'inquiète du sort des groupes rebelles armés qui combattent le régime du président Assad et qui viennent d'encaisser plusieurs défaites de taille.

Les rebelles sont quasiment encerclés dans le nord à Alep, la deuxième ville du pays.

«C'est un problème pour l'Arabie saoudite et le Qatar qui ont massivement investi en Syrie en soutenant l'opposition modérée», estime Andreas Krieg, professeur au King's College de Londres et consultant pour les forces armées du Qatar.

«Les Turcs et les Saoudiens doivent renverser le rapport de force sur le terrain» en remettant les rebelles en selle, estime M. Krieg pour qui «tout engagement saoudien sera effectué en coopération avec Doha et Ankara».

La Russie, alliée de Damas et Téhéran, a accusé la Turquie, de préparer une intervention terrestre en Syrie. «Risible», a répondu le président turc Recep Tayyip Erdogan.

Damas a sévèrement réagi. «Que personne ne pense à agresser la Syrie ou à violer sa souveraineté car nous enverrons (les agresseurs), qu'ils soient saoudiens ou turcs, dans des cercueils en bois dans leur pays», a déclaré samedi le ministre des Affaires étrangères syrien Walid Mouallem.

Les Iraniens, qui ont envoyé des combattants soutenir le régime Assad, ont estimé pour leur part que les Saoudiens «se tireraient une balle dans la tête» s'ils déployaient des troupes en Syrie.

- Pourparlers au point mort -

«Les Saoudiens estiment que les chances d'une solution pacifique à la crise syrienne sont très limitées» et voient donc une issue «sur le champ de bataille», explique Mustafa Alani, analyste au Gulf Research Center basé à Genève.

Les pourparlers de paix entre le régime et l'opposition sous l'égide de l'ONU prévus initialement fin janvier ont été repoussées au 25 février mais de nombreux analystes estiment qu'ils sont voués à l'échec.

Les principaux groupes politiques et armés de l'opposition syrienne ont affirmé qu'ils ne reviendraient pas à la table des négociations avant une amélioration de la situation humanitaire.

Les Saoudiens «ne voient pas l'existence d'une réelle pression sur le régime (syrien ndlr) afin qu'il fasse des concessions substantielles», souligne M. Alani.

Pour lui, les Saoudiens sont sérieux lorsqu'ils disent vouloir envoyer des troupes en Syrie dans le cadre d'une coalition, «surtout si les forces turques y sont présentes».

Ankara y serait favorable, selon le chercheur, surtout «depuis que les Russes sont entrés dans le conflit et ont tenté de faire sortir la Turquie de l'équation» syrienne.

La Turquie et l'Arabie sont déjà membres de la coalition emmenée par Washington qui mène des frappes aériennes contre l'EI en Syrie et en Irak.

- Yémen -

Mais un engagement au sol saoudien sera limité, Ryad conduisant déjà une coalition militaire arabe qui intervient au Yémen contre des rebelles chiites, jugent les experts interrogés.

Les Saoudiens «sont aux limites de leurs capacités (...) mais ils n'hésiteront pas à envoyer un certain nombre de leurs combattants en Syrie» notamment des forces spéciales, poursuit M. Alani.

Avec l'enlisement de la guerre au Yémen, Ryad et ses alliés du Golfe devraient surtout augmenter les missions d'entraînement et l'envoi d'équipement aux rebelles, juge M. Krieg.

Les Emirats arabes unis, également engagés au Yémen, s'étaient dits en novembre prêts à envoyer des troupes en Syrie.

Pour Jane Kinninmont, de l'institut Chatham House à Londres, l'Arabie est toutefois davantage intéressée par la guerre au Yémen voisin que par la lutte contre l'EI.

«On pourrait voir un petit nombre de troupes et peut-être de forces spéciales envoyées au sol pour dire symboliquement que l'Arabie saoudite soutient la lutte contre l'EI», juge-t-elle.

Mais l'analyste se dit «sceptique» sur un engagement de l'armée turque en Syrie, même si elle «pourrait avoir un intérêt à contrer l'influence kurde».

Mots-clés :

  • Aucun mot-clé