La Corée du Nord, dirigée par Kim Jong-Un (au centre), affirme que son programme spatial a des visées purement scientifiques.
La Corée du Nord, dirigée par Kim Jong-Un (au centre), affirme que son programme spatial a des visées purement scientifiques. - CHINE NOUVELLE/SIPA

La Corée du Nord a avancé la fenêtre de tir d'une fusée transportant un satellite, prévu ce mois-ci, au grand dam de la communauté internationale, qui pourrait avoir lieu dès dimanche, a rapporté ce samedi le gouvernement sud-coréen. Pyongyang a informé les agences de l'ONU qu'elle lancerait la fusée désormais entre les 7 et 14 février, selon un document dont le gouvernement sud-coréen a publié une copie.

La Corée du Nord avait précédemment indiqué qu'elle procéderait au lancement entre les 8 et 25 février - autour de l'anniversaire, le 16, de l'ancien président Kim Jong-Il, père de l'actuel dirigeant Kim Jong-Un. La Corée du Nord affirme que son programme spatial a des visées purement scientifiques, mais les Etats-Unis et leurs alliés, dont la Corée du Sud, estiment qu'il s'agit d'un essai mené dans le cadre du développement d'un missile balistique intercontinental capable de frapper les Etats-Unis.

Un test de missile balistique représenterait «un nouvel acte déstabilisateur et provocateur», ont souligné vendredi le président américain Barack Obama et son homologue chinois Xi Jinping. Ce lancement, s'il a lieu, constituerait une nouvelle violation nord-coréenne des résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU à la suite du 4e et dernier test nucléaire de Pyongyang, le 6 janvier.

 

Mots-clés :