Edward Snowden sur un écran au Parlement de Strasbourg en France, le 23 juin 2015
Edward Snowden sur un écran au Parlement de Strasbourg en France, le 23 juin 2015 - Frederick FLORIN AFP

Le 24 juin 2013, un avion non identifié quitte la côte Est américaine. Il vole à 15.000 mètres d'altitude, bien plus haut que les vols commerciaux. Il traverse l'espace aérien écossais et se pose sur le sol danois. Le but: ramener l'ennemi n°1 de la NSA, Edward Snowden, qui se trouve entre Hong-Kong et Moscou après avoir révélé le programme de surveillance de l'agence américaine.

La rumeur courrait depuis un moment, et elle a été confirmée vendredi par le ministre danois de la Justice. "Le but de la présence de cet avion à l'aéroport de Copenhague était, d'après ce que nous avions compris, d'avoir la possibilité de transporter Edward Snowden vers les États-Unis, s'il avait été extradé de Russie ou d'un autre pays", a écrit Søren Pind dans une lettre aux députés.

Snowden prêt à rentrer aux Etats-Unis

Selon le journal écossais The National, c'est un avion utilisé pour des mission de restitution de prisonniers, comme le prêcheur radical Abou Hamza al-Marsi, en 2012, qui a été employé pour Snowden.

Mais malgré les demandes de Washington, Moscou a refusé d'extrader l'analyste. En revanche les pressions américaines ont empêcher l'avion du président bolivien Evo Morales, qui comptait accorder l'asile politique à Snowden, à faire demi-tour. Snowden réside depuis en Russie mais il a indiqué fin 2015 qu'il était prêt à revenir aux Etats-Unis pour purger une peine de prison, à condition qu'un compromis soit trouvé avec Washington.

Mots-clés :

  • Aucun mot-clé