Des festivaliers célèbrent le lancement du carnaval de Cologne, en Allemagne, le 4 février 2016
Des festivaliers célèbrent le lancement du carnaval de Cologne, en Allemagne, le 4 février 2016 - PATRIK STOLLARZ AFP

Alors que l’Allemagne est encore profondément marquée par les violences du Nouvel an, vingt-deux plaintes pour insultes et agressions sexuelles ont été déposées après la première journée du carnaval de Cologne. Ce bilan de la police allemande est en augmentation mais jugé plutôt « positif » dans cette ville, après les événements du mois de décembre.

L’an passé, seuls neuf faits de ce type avaient été signalés, a précisé la police de Cologne (ouest), soulignant que la hausse de cette année pouvait être due à une propension plus élevée des victimes à se signaler.

Un défilé organisé lundi

Attribuées en majorité à des migrants, la vague d’agression visant pour l’essentiel des femmes, avait choqué l’Allemagne et accru la pression sur la chancelière Angela Merkel, dont la politique généreuse à l’égard des réfugiés est de plus en plus critiquée. Plus de 1.000 plaintes ont été déposées.

Chaque année, a-t-elle souligné, une cinquantaine de délits sexuels sont enregistrés entre le début et la fin du carnaval. Le carnaval doit se poursuivre jusqu’à mercredi prochain, mercredi des Cendres, jour de pénitence qui marque l’entrée dans le carême dans la tradition catholique. Lundi marquera l’apogée du carnaval, avec son défilé organisé depuis 1823.

Mots-clés :