Le spéculateur du médicament, Martin Shkreli, lors d'une audition au Congrès américain, le 4 février 2016.
Le spéculateur du médicament, Martin Shkreli, lors d'une audition au Congrès américain, le 4 février 2016. - S.WALSH/AP/SIPA

Il cultive sa réputation « d’homme le plus détesté » des Etats-Unis. Martin Shkreli, qui avait multiplié par 50 le prix d’un médicament utilisé pour traiter le VIH l’an dernier, a refusé de répondre aux questions d’une commission d’enquête parlementaire, jeudi.

« Sur les conseils de mon avocat, j’invoque mon 5e amendement m’autorisant à ne pas m’incriminer et refuse respectueusement de répondre », a-t-il répété, inlassablement, entre deux sourires narquois. « Que diriez-vous à une mère célibataire malade du Sida, qui a besoin de Daraprim pour survivre ? », demande un élu. Même réponse : « Sur les conseils de mon avocat, j’invoque mon 5e amendement..»

(CSPAN)

Un autre élu tente une approche différente. « Votre nom est bien prononcé [ch-kre-li] ? » « Oui, monsieur. » « Ah vous voyez, vous pouvez choisir de répondre à certaines questions. » Shkreli, avec un sens cinglant de la repartie : « Je fais le choix d’écouter les conseils de mon avocat, pas les vôtres. »

Il se lâche sur Twitter

Shkreli, un golden-boy de Wall Street qui s’est lancé dans la spéculation pharmaceutique en 2014, est beaucoup plus bavard sur Twitter. « Difficile d’accepter que ces imbéciles représentent le peuple », écrit-il, entre deux mèmes.

Arrêté pour fraude

Fils d’immigrés albanais et croate, Martin Skhreli a commencé comme stagiaire à Wall Street à seulement 17 ans. Ce petit loup est vite devenu un associé, et après plusieurs années comme trader, il s’est lancé dans la spéculation sur les médicaments, se faisant une spécialité de racheter des droits de molécules bon marché avant d’augmenter leur prix.

Shkreli a été arrêté en décembre mais il s’agit d’une autre affaire dans laquelle il a été inculpé de fraude. Il est notamment accusé d’avoir d’avoir vendu des actions d’une entreprise qu’il avait fondée pour payer des dettes liées à son fonds d’investissement, et d’avoir perdu plus de 3 millions de dollars d’investisseurs dans une affaire de « fraude pyramidale ». Il a été remis en liberté contre le versement d’une caution de 5 millions de dollars. Il est représenté par l’avocat Ben Brafman, qui avait défendu Dominique Strauss-Kahn dans l’affaire du Sofitel.

Mots-clés :

  • Aucun mot-clé